Retour

L'attentat à l'aéroport de Madrid revendiqué par les séparatistes basques
Espagne-attentat: points clés de la revendication de l'ETA, qui dit maintenir sa trêve... et menace de frapper encore

MADRID, mercredi 10 janvier 2007 (LatinReporters.com) - L'autodétermination d'un territoire englobant Pays basque espagnol, Navarre et Pays basque français reste l'objectif des séparatistes basques de l'ETA, selon leur communiqué revendiquant l'attentat du 30 décembre à l'aéroport de Madrid. Paradoxalement, l'ETA dit maintenir son cessez-le-feu annoncé en mars 2006 tout en menaçant de frapper encore.

L'attentat, qui a fait deux morts et des dégâts évalués à plus de 30 millions d'euros, a conduit le président du gouvernement socialiste espagnol, José Luis Rodriguez Zapatero, à déclarer d'abord la "suspension", puis le "point final" de son processus dit de paix ouvert avec l'ETA. M. Zapatero comparaîtra le 15 janvier devant le Congrès des députés pour exposer sa politique antiterroriste et répondre aux critiques du Parti Populaire (PP, droite, 40% de l'électorat).

Le ministre de l'Intérieur, Alfredo Perez Rubalcaba, a qualifié de "sarcasme" le communiqué dans lequel l'ETA revendique l'attentat du 30 décembre, le justifiant par un "blocage" entretenu par Madrid et prétendant néanmoins observer toujours une trêve... sous réserve d'éventuels nouveaux attentats qui dépendront du "comportement du gouvernement de l'Espagne". Ce dernier est accusé de ne pas respecter de mystérieux "engagements".

Rédigé en basque, ce long communiqué a été envoyé mardi au Pays basque au quotidien indépendantiste Gara. LatinReporters en traduit les points clefs en respectant l'ordre dans lequel ils sont énoncés par l'ETA.

Points clés de la revendication de l'ETA (extraits du communiqué des séparatistes)

"ETA, organisation basque socialiste révolutionnaire pour la libération nationale veut communiquer aux citoyens basques sa lecture de la situation politique neuf longs mois après notre annonce du cessez-le-feu...

La situation de blocage
[du processus dit de paix; ndlr] a des responsables directs. Le gouvernement de l'Espagne et le PSOE [Parti socialiste ouvrier espagnol que dirige M. Zapatero; ndlr] ... ont établi comme plafond du processus les limites de la Constitution espagnole et de la légalité... ces limites politiques qui garantissent l'oppression politique, militaire et économique de l'Euskal Herria [Patrie basque incluant aussi, selon l'ETA, la Navarre et le Pays basque français; ndlr] ne serviront qu'à alimenter le conflit...

Le gouvernement de l'Espagne n'a pas encore fait les pas visant à annuler ses mécanismes de guerre et de répression. Le gouvernement de l'Espagne continue à ne pas respecter ses engagements du cessez-le-feu...

[Dans une liste de griefs adressés à Madrid, les séparatistes relèvent notamment] "La torture, plus de cent détentions par diverses forces de police depuis que l'ETA communiqua l'arrêt de ses actions"...

La solution du conflit réside dans la proposition politique que la gauche patriote a répété sans cesse et qui est devenue majoritaire au sein de la société basque: la reconnaissance des droits nationaux de l'Euskal Herria, le respect de la décision des citoyens basques et le surpassement de la division territoriale imposée actuellement. Il est pour cela nécessaire de définir et de construire pour l'Euskal Herria un nouveau cadre juridico-politique fondé sur le droit à l'autodétermination et sur la territorialité
[la revendication de la territorialité est, pour l'ETA, celle d'un territoire comprenant le Pays basque espagnol, la Navarre et le Pays basque français; ndlr]...

Les décisions et les réponses de l'ETA dépendront du comportement du gouvernement de l'Espagne... tant que se maintiendra la situation actuelle d'attaque contre l'Euskal Herria, l'ETA aura l'entière détermination de répondre, comme nous l'avions fait savoir dans le communiqué d'août
[2006].

L'ETA revendique l'action à la bombe qui provoqua de grands dommages le 30 décembre 2006 à l'aéroport de Barajas de Madrid... l'objectif de l'action armée n'était pas de causer la moindre victime... nos condoléances les plus sincères aux deux personnes, Carlos Alonso Palate et Diego Armando Estacio, qui ont perdu la vie dans cette action, ainsi qu'à leurs familles, amis et au peuple de l'Equateur
[Carlos et Diego, deux jeunes immigrés équatoriens, dormaient dans leur voiture au moment de l'explosion d'une fourgonnette piégée de l'ETA dans un parking de l'aéroport international de Madrid-Barajas. Ils n'avaient pas entendu les appels à l'évacuation lancés après trois appels téléphoniques de l'ETA avertissant de l'imminence de l'explosion; ndlr]...

Enfin, l'ETA tient à dire que le cessez-le-feu permanent qui débuta le 24 mars
[2006] à 0h est toujours en vigueur.

Vive l'Euskal Herria libre! Vive l'Euskal Herria socialiste! Sans répit jusqu'à l'obtention de l'indépendance et du socialisme!"

Observations

-L'ETA se définit comme "socialiste révolutionnaire". Plusieurs de ses dirigeants historiques sont ou ont été définis comme marxistes-léninistes. Parmi eux figure José Antonio Urrutikoetxea Bengoetxea, alias Josu Ternera, principal interlocuteur supposé de Madrid dans le lancement et lors des premiers mois du processus dit de paix désormais avorté.

-Les séparatistes reprochent au gouvernement espagnol de ne pas vouloir franchir "les limites de la Constitution espagnole et de la légalité". Est-il imaginable, démocratiquement, que Madrid transgresse ces limites? A moins que lors des contacts préalables à l'ouverture du processus dit de paix, les émissaires de M. Zapatero n'aient pris le risque de laisser entendre à l'ETA qu'il existerait des formules permettant de contourner cet obstacle fondamental. Une telle hypothèse entrerait dans le cadre des mystérieux "engagements" que l'ETA reproche à l'exécutif de M. Zapatero de ne pas respecter. Madrid a plusieurs fois nié l'existence de tels "engagements".

-Les prétendus "engagements" du gouvernement espagnol préalables à l'ouverture du processus dit de paix pourraient aussi porter sur un ralentissement de l'action policière, une indulgence du parquet et l'assouplissement des conditions de détention des activistes de l'ETA emprisonnés, voire sur la libération de certains d'entre eux. L'ETA ayant dressé et diffusé un acte quasi notarial et non contesté de son unique rencontre, en 1999 en Suisse, avec des émissaires du gouvernement conservateur de José Maria Aznar, il est possible que les indépendantistes diffusent prochainement les actes de leurs contacts avec les socialistes de M. Zapatero.

-"Autodétermination" et "territorialité" (extension de la Patrie basque, l'Euskal Herria, à la Navarre et au Pays basque français) sont les deux grandes revendications historiques de l'ETA. Elles firent capoter toutes les tentatives précédentes de négociation avec d'autres gouvernements espagnols, qui se limitèrent à contempler le sort des prisonniers basques et les modalités d'un adieu aux armes des terroristes séparatistes. La revendication de l'autodétermination et de la territorialité a été réitérée publiquement par les séparatistes dès l'annonce, en mars 2006, de leur cessez-le-feu lié au processus dit de paix. M. Zapatero avait accepté de poursuivre le processus sur ces prémices polémiques.

-L'annonce paradoxale par l'ETA du maintien de son cessez-le-feu assorti de menaces correspond à son espoir de maintenir, contre toute logique, un processus dit de paix utile aux séparatistes, à la fois pour conserver une qualité d'interlocuteurs qui les valorise, notamment sur le plan international, et pour, sait-on jamais, voir M. Zapatero, qualifié parfois de "pacifiste illuminé" par des éditorialistes, tomber enfin tant soit peu dans les filets de l'autodétermination et de la territorialité.

Dans cette perspective, l'attentat du 30 décembre n'aurait été aux yeux de l'ETA qu'un gros coup de poing sur la table pour dynamiser la négociation. Une "négociation plus nécessaire que jamais" dixit Batasuna, le parti hors-la-loi qui sert de vitrine politique l'ETA.

DOCUMENTS (.pdf)

-Texte intégral en euskera (basque) du communiqué de l'ETA revendiquant l'attentat du 30 décembre 2006 à l'aéroport de Madrid
-Texte intégral en espagnol du même communiqué




© LatinReporters.com - Amérique latine - Espagne
Le texte de cet article peut être reproduit s'il est clairement attribué
à LatinReporters.com avec lien actif sur le mot LatinReporters.com