Retour / Back

Après l'adoption par référendum de la réélection illimitée au Venezuela
Hugo Chavez et populisme réélectionniste en Amérique latine

Par Julio BURDMAN (*)

BUENOS AIRES, mardi 17 février 2009 (LatinReporters.com) - Le présidentialisme est à nouveau en question en Amérique latine. Dans les années 80, on disait que les présidents étaient faibles, des proies faciles de coups d'Etat, et qu'il fallait donc adopter le régime parlementaire pour renforcer la gouvernabilité. De nos jours, par contre, on accuse les présidents de puissance excessive, d'être des impérialistes du pouvoir. Le 15 février, le président Hugo Chavez a franchi au Venezuela la frontière la plus polémique de l'impérialisme présidentiel, celle de la réélection indéfinie.

La réélection est une vague "une fièvre", dit Daniel Zovatto- qui affecte la région depuis les années 90. Plus concrètement, elle s'initia au Pérou en 1993, lorsque Fujimori parvint à réformer la Constitution pour obtenir peu après sa première réélection. Puis, à quelques mois d'intervalle, l'Argentine et le Brésil se lancèrent dans la même croisade. D'autres pays tentèrent de les imiter, mais la vieille tradition antiréélectionniste des républiques latino-américaines -jusqu'alors, la réélection consécutive était prohibée dans toutes les démocraties de la région- s'imposa à eux. Le principal argument des trois présidents pionniers de la réélection qui réussirent à revalider leur mandat, le Péruvien Fujimori, l'Argentin Menem et le Brésilien Cardoso, fut qu'il devaient demeurer à la tête de leur pays pour compléter une série de réformes économiques qu'ils avaient entamées.

Au cours de cette première décennie du XXIe siècle, cinq autres pays latino-américains ont incorporé la réélection consécutive dans leur Constitution: République Dominicaine, Venezuela, Colombie, Equateur et Bolivie. Dans chacun de ces cas, malgré les différentes orientations des gouvernements, l'argument essentiel fut le même: les leaders en place étaient indispensables à la poursuite des réalisations jugées primordiales qu'ils avaient initiées. Au Venezuela, en Bolivie et en Equateur, seuls les présidents actuels pourraient maintenir le programme "révolutionnaire" en cours et éviter que "les oligarchies" ne récupèrent le pouvoir. En Colombie, seul le président Uribe pourrait continuer à mener la guerre contre les groupes insurgés.

Qu'il s'agisse de populismes conservateurs (Menem, Fujimori, Uribe) ou de populismes de gauche (Chavez, Morales, Correa), les réformes constitutionnelles ont eu chaque fois pour effet immédiat de prolonger le bail des présidents en place et cela a produit une fracture dans les relations entre forces politiques et sociales. Depuis ces réformes, les élections sont en effet devenues une bataille entre l'officialisme, qui invoque la nécessité historique de se maintenir au pouvoir pour approfondir son programme, et l'opposition, qui soutient la nécessité absolue d'éviter que le président ne s'éternise.

Qui détient le pouvoir et pourquoi est la question qui se transforme en noyau central de la politique, tant au Venezuela que dans les autres pays réélectionnistes. Quelques observateurs affirment que la véritable question de fond des réélections concerne les politiques économiques et non pas les politiciens qui en sont les protagonistes. Peut-être parfois en serait-il ainsi. Ce n'est toutefois pas un hasard si le qui, mais non le quoi ni le comment, est le point commun à tous les cas considérés.

Pourquoi les processus de changement en Amérique latine finissent-ils par confluer en la personne d'un leader et ce leader finit-il par devenir "indispensable"? Un point est indéniable: pour introduire des changements, les leaders populistes sont en Amérique latine plus "efficaces" que les législateurs, si par efficacité on entend rapidité. La réforme du travail de Peron, la dérégulation de Menem, les nationalisations de Morales et de Chavez ou les privatisations de Fujimori n'auraient pas été possibles sans l'impulsion de leaders qui, en un temps record, ont mis à profit leurs moments d'ample appui populaire pour pousser le système vers leurs objectifs. Ce furent les leaders, mais non les délibérations des législateurs, qui firent l'histoire. Très peu de changements, voire aucun, ne se sont produits en Amérique latine hors de personnalismes décideurs. C'est pourquoi le populisme, le présidentialisme et le réélectionnisme vont de pair dans la région.




(*) Directeur de la chaire des Relations internationales à l'Université de Belgrano (Buenos Aires), le professeur et analyste politique argentin Julio Burdman est aussi chroniqueur de divers médias latino-américains et espagnols.



© LatinReporters.com - Amérique latine - Espagne