Accueil  | Politique  | Economie  | Multimédia  | Société  | Pays+dossiers  | Flashs  | Titres  | Forum 
Google
 
Web LatinReporters.com
La candidate socialiste avait obtenu 45,9% des voix au premier tour
Chili: Michelle Bachelet favorite de la présidentielle. Fin de la bipolarité?

Michelle Bachelet
www.bacheletpresidente.cl
et Sebastian Piñera
www2.sebastianpresidente.cl
par Isaac Bigio ( * )
Analyste international - www.bigio.org

Jeudi 12 janvier 2006 (LatinReporters.com) - Le second tour de l'élection présidentielle au Chili opposera dimanche la favorite Michelle Bachelet (45,9% au 1er tour), première femme socialiste pouvant gagner une telle élection en Amérique du Sud, à Sebastian Piñera, premier leader non pinochétiste de l'actuelle droite chilienne. Quel que soit le résultat, la bipolarité politique touchera probablement à sa fin.


La dictature militaire s'éteignit avec la décade des 80. Depuis le retour de la démocratie représentative dans les années 90, les élections présidentielles chiliennes se polarisaient entre deux camps: ceux, majoritaires, qui dirent Non et ceux qui dirent Oui à la continuité de Pinochet lors du référendum de 1988. Cette polarisation a permis la survie de la Concertation démocratique, coalition de socialistes (en fait des sociaux-démocrates), de démocrates-chrétiens et de radicaux au pouvoir depuis seize ans.

Le Chili est l'unique pays où sociaux-chrétiens et socialistes aient partagé le pouvoir aussi longtemps. Ces deux courants internationaux sont les principales forces politiques de l'Union européenne, mais les coalitions nationales qu'elles y nouent sont généralement transitoires. Le Pérou, voisin du Chili, ira aux urnes le 9 avril et un second tour de la présidentielle pourrait y opposer la sociale-chrétienne Lourdes Flores au social-démocrate Alan Garcia, dont les partis n'ont jamais gouverné ensemble.

Sebastian Piñera conçoit que pour amener la droite libérale au pouvoir, il est indispensable de briser ce bloc peu habituel à l'échelle internationale.

Son parti, Rénovation nationale (RN), et l'Union démocrate indépendante (UDI), maintiennent leur Alliance pour le Chili. Alors que la Concertation démocratique recourut à des primaires internes pour déterminer qui de la démocrate-chrétienne Soledad Alvear ou de la socialiste Michelle Bachelet serait candidate à la présidence, Sebastian Piñera refusa de se soumettre à un tel procédé au sein de l'Alliance pour le Chili, sachant qu'il perdrait face à la militance plus nourrie de l'UDI de Joaquin Lavin. C'est le premier tour lui-même de la présidentielle qui, entre Lavin (23,2% des votes) et Piñera (25,4%), désigna ce dernier pour représenter la droite au second tour.

Sebastian Piñera put ainsi non seulement évincer l'ex-maire de Santiago du leadership de la droite, mais aussi commencer à miner l'unité de la Concertation démocratique. Piñera représente un double défi pour le pouvoir en place, qui gagna les trois élections présidentielles précédentes avec des candidats anti-Pinochet opposés à d'anciens associés de la junte militaire. D'abord, Piñera opta pour le NON à Pinochet au référendum de 1988. En outre, il a réussi à capter des cadres et des militants démocrates-chrétiens.

Tandis que les socialistes chiliens croient que maintenir la polarisation entre pro et anti-pinochétistes garantirait leur maintien au pouvoir (d'autant plus que le discrédit de l'ex-dictateur est immense), Sebastian Piñera, lui, cherche à remplacer cette polarisation par une nouvelle. Il appelle les démocrates-chrétiens à défendre à ses côtés "l'humanisme chrétien" contre "les socialistes appuyés par les communistes". Piñera veut mettre à profit ses liens familiaux démocrates-chrétiens et le ressentiment de nombreux sociaux-chrétiens envers une femme, la candidate socialiste Michelle Bachelet, athée et très "rouge" du temps de sa jeunesse.

Jusqu'à présent la Démocratie chrétienne (DC) ne s'est pas rompue et elle continue, quoique sans trop d'enthousiasme, à appuyer Michelle Bachelet. Néanmoins, plusieurs stratèges réalisent que la DC n'est plus le premier parti du Chili ni la principale section sociale-chrétienne des Amériques. En dépit de l'ample victoire de la Concertation démocratique aux législatives du 11 décembre dernier, date également du premier tour de la présidentielle, le bloc d'élus de la DC s'est en effet aminci.

Rester au centre de l'échiquier politique avec les socialistes comme "compagnons de voyage" ne procurerait pas de bons résultats aux yeux de certains sociaux-chrétiens. Ils préféreraient que leur parti se sépare de ses alliés pour prendre la tête du centre droit, comme au Pérou ou en Allemagne.

Un nouvel élément tendant à perturber l'actuelle bipolarité est la croissance de la gauche extraparlementaire menée par le Parti communiste. Elle a surpassé 5% à l'élection présidentielle et elle a approché les 10% aux législatives. Elle n'a toutefois aucun élu, vu le maintien du système électoral pinochétiste. Pour obtenir les voix communistes au second tour, Michelle Bachelet a promis d'abolir ce système, ce qui permettrait à la gauche "dure" d'avoir ses propres parlementaires aux prochaines législatives.

Des secteurs de la droite, qui voulaient auparavant éviter l'entrée des communistes au Parlement, estimeraient aujourd'hui pouvoir en tirer avantage, car cette entrée leur permettrait de diviser la Concertation démocratique.

Historiquement, les socialistes chiliens ont été alliés plus longtemps aux communistes qu'aux démocrates-chrétiens. Que la droite chilienne se répartisse entre une aile sociale-conservatrice (Joaquin Lavin) et une autre libérale (Sebastian Piñera), que la Démocratie chrétienne se sépare des socialistes et qu'apparaisse une force parlementaire communiste, une telle évolution altérerait le modèle politique chilien et le ferait ressembler à l'européen.

Les sondages pronostiquent un triomphe, dimanche, de Michelle Bachelet, qui deviendrait l'unique femme présidant actuellement un pays sud-américain. En dépit du fait que le socialisme chilien ait maintenu le pinochétisme économique et soit attaché aux traités de libre-échange, il est probable que le virage continental à gauche pousse Michelle Bachelet à prendre quelques mesures radicales qui consommeraient la division de la Concertation démocratique.

Si, par contre, Sebastian Piñera s'imposait au second tour de la présidentielle, il serait l'unique multimillionnaire à gagner aujourd'hui pareille élection dans un sous-continent qui tend désormais à élire des présidents d'origine humble ou qui prêchent en faveur des pauvres. Un tel triomphe éventuel de Piñera ferait du Chili le principal allié des Etats-Unis dans une Amérique du Sud qui s'incline vers la gauche.

[* Isaac Bigio fut chargé de cours sur la politique chilienne et latino-américaine à la London School of Economics]

Vous pouvez réagir à cet article sur notre forum


ARTICLES ET DOSSIERS LIÉS
 Chili-présidentielle: droite unie au 2e tour contre la socialiste Michelle Bachelet
 Chili-élections: une femme présidente serait la seule révolution
 Amérique latine: 11 élections présidentielles en 14 mois
 Dossier Chili
 Tous les titres


VOIR AUSSI
  • Présidentielle: droite unie
  • Femme présidente?
  • 11 élections présidentielles
  • Dossier Chili
  • REPRODUCTION
    Le texte de cet article peut être reproduit à 2 conditions:

    1 Attribution claire à son auteur et à LatinReporters.com

    2 Lien actif sur le mot LatinReporters.com
    PAYS
  • Argentine
  • Bolivie
  • Brésil
  • Chili
  • Colombie
  • Costa Rica
  • Cuba
  • Equateur
  • Espagne
  • Guatemala
  • Haïti
  • Honduras
  • Mexique
  • Nicaragua
  • Panama
  • Paraguay
  • Pérou
  • Porto Rico
  • R.dominicaine
  • Salvador
  • Uruguay
  • Venezuela
  • DOSSIERS
  • Tous les titres
  • Pays basque-ETA
  • Europe-Amér. latine
  • Espagne-UE
  • Gibraltar
  • Letizia-prince Felipe
  • Irak
  • Droits de l'homme
  • Ingrid Betancourt
  • Terrorisme international
  • Globalisation
  • Immigration
  • Peuples autochtones
  • Dollarisation
  • Drogue
  • NOUS CONTACTER
  • Rédaction
  • Christian Galloy directeur
  • (00 34) 917 155 469
  • (00 34) 610 686 761
  • Publicité - Références
  • SERVICE RADIO
    Nous fournissons aux radios des billets audios sous la signature et l'angle souhaités.

      Accueil   |  Politique   |  Economie   |  Multimédia   |  Société   |  Pays+dossiers   |  Flashs   |  Titres   | Forum 

    © LatinReporters.com - Amérique latine - Espagne
    Le texte de cet article peut être reproduit s'il est clairement attribué à son auteur et
    à LatinReporters.com avec lien actif sur le mot LatinReporters.com