Accueil  | Politique  | Economie  | Multimédia  | Société  | Pays+dossiers  | Flashs  | Titres  | Forum 
Google
 
Web LatinReporters.com
Colombie-Betancourt: les enlèvements, première source de revenus des FARC

Guérilleros des FARC: les alimenter est la principale dépense du mouvement rebelle.
Photo FARC-EP
BOGOTA, mercredi 23 février 2005 (LatinReporters) - Les enlèvements rapportent annuellement à la guérilla marxiste des FARC (Forces armées révolutionnaires de Colombie) quelque 37 millions de dollars et constituent leur première source de financement estime un organisme du ministère colombien des Finances. Enlevée par les FARC le 23 février 2002, la Franco-Colombienne Ingrid Betancourt entame sa 4e année de captivité.

Ex-sénatrice et ex-candidate à la présidence de la Colombie, Ingrid Betancourt fait partie d'un groupe de plus de 60 otages "politiques" et militaires que la guérilla propose d'échanger contre 500 guérilleros emprisonnés. Le principe d'un échange humanitaire est défendu aussi par le gouvernement colombien du président Alvaro Uribe, mais les deux camps sont en désaccord sur ses modalités et leur volonté de négociation est mise en doute par les familles des séquestrés.

L'éventuelle, mais toujours très incertaine libération d'Ingrid Betancourt et des autres otages de son groupe ne donnerait en principe pas lieu au versement d'une rançon. Il n'en va pas de même pour les inconnus -femmes, hommes, vieillards et enfants- enlevés par les FARC pour des raisons strictement économiques. Le président Uribe évalue leur nombre à 1.600.

L'Unité d'information et d'analyse financière (UIAF) du ministère colombien des Finances estime que les libérations contre rançon de personnes enlevées ont rapporté aux FARC 37,32 millions de dollars en 2003, soit près de la moitié du revenu global de cette guérilla, évalué à 77,15 millions de dollars pour la même année.

Cette étude de l'UIAF est la plus exhaustive réalisée jusqu'à présent sur le financement des FARC.

Leur deuxième source de revenus en importance surprend plus d'un observateur étranger, mais non les Colombiens. Il s'agit du vol de bétail, qui aurait procuré aux insurgés marxistes 22,19 millions de dollars en 2003. [NDLR. Les organisations paramilitaires d'extrême droite nées dans les années 1980 -et dont les violations graves des droits de l'homme ne sont égalées que par celles commises par les FARC- avaient pour but initial de protéger les grands propriétaires terriens contre les vols et autres actions de la guérilla, apparue dès 1964].

Ce n'est qu'en 3e position, parmi leurs sources de financement, que se situerait l'implication des FARC dans le narcotrafic. Selon l'UIAF, les "impôts" que les guérilleros prélèveraient dans les zones qu'ils contrôlent sur la production (8,53 millions de dollars) et sur la commercialisation (3,01 millions de dollars) de la cocaïne auraient totalisé donc 11,54 millions de dollars en 2003.

Le reste des revenus proviendrait notamment d'investissements et de placements faits par des prête-noms en Colombie et à l'étranger. La capacité d'investissement des FARC serait relativement grande, puisqu'en 2003 cette guérilla n'aurait dépensé, toujours selon l'UIAF, que 35,63 millions de dollars, soit à peine 46% de ses revenus.

L'alimentation des 16.672 membres des FARC (chiffre estimé par l'UIAF) aurait été, avec 13,55 millions de dollars, le premier poste de dépenses des rebelles en 2003. Un million de dollars supplémentaire couvrait l'alimentation des séquestrés.

L'UIAF cite ensuite notamment, toujours parmi les dépenses, l'équipement des combattants (5,95 millions de dollars), les carburants (4,39 millions de dollars), la propagande et les communications y compris leurs équipements (3,5 millions de dollars) et un fonds de solidarité pour les guérilleros détenus et leurs familles (1,22 million de dollars).

Vous pouvez réagir à cet article sur notre forum


ARTICLES ET DOSSIERS LIÉS
 Ingrid Betancourt: contacts directs de la France avec la guérilla des FARC
 Dossier Ingrid Betancourt
 Dossier Colombie
 Tous les titres


VOIR AUSSI
  • Dossier Ingrid Betancourt
  • Dossier Colombie
  • REPRODUCTION
    © LatinReporters.com

    Le texte de cet article peut être reproduit à 2 conditions:

    1 Attribution claire à LatinReporters.com

    2 Lien actif sur le mot LatinReporters.com
    PAYS
  • Argentine
  • Bolivie
  • Brésil
  • Chili
  • Colombie
  • Costa Rica
  • Cuba
  • Equateur
  • Espagne
  • Guatemala
  • Haïti
  • Honduras
  • Mexique
  • Nicaragua
  • Panama
  • Paraguay
  • Pérou
  • Porto Rico
  • R.dominicaine
  • Salvador
  • Uruguay
  • Venezuela
  • DOSSIERS
  • Tous les titres
  • Pays basque-ETA
  • Europe-Amér. latine
  • Espagne-UE
  • Gibraltar
  • Letizia-prince Felipe
  • Irak
  • Droits de l'homme
  • Ingrid Betancourt
  • Terrorisme international
  • Globalisation
  • Immigration
  • Peuples autochtones
  • Dollarisation
  • Drogue
  • NOUS CONTACTER
  • Rédaction
  • Christian Galloy directeur
  • (00 34) 917 155 469
  • (00 34) 610 686 761
  • Publicité - Références
  • SERVICE RADIO
    Nous fournissons aux radios des billets audios sous la signature et l'angle souhaités.

      Accueil   |  Politique   |  Economie   |  Multimédia   |  Société   |  Pays+dossiers   |  Flashs   |  Titres   | Forum 

    © LatinReporters.com - Amérique latine - Espagne
    Le texte de cet article peut être reproduit s'il est clairement attribué à LatinReporters.com
    avec lien actif sur le mot LatinReporters.com