Accueil  | Politique  | Economie  | Multimédia  | Société  | Pays+dossiers  | Flashs  | Titres  |Communiqués
VOIR AUSSI
Google
 
Web LatinReporters.com
- Alfredo Palacio nouveau président équatorien
- Destitué, Lucio Gutierrez sollicite l'asile du Brésil

L'instabilité en Equateur menace la Colombie et le Pérou

Alfredo Palacio, nouveau président de l'Equateur, prête serment
Photo Emmanuel Roch
QUITO, jeudi 21 avril 2005 (LatinReporters.com) - La destitution du président Lucio Gutierrez, auquel a succédé mercredi le vice-président Alfredo Palacio, confirme l'instabilité de l'Equateur. La crise menace ses voisins, la Colombie et le Pérou, deux pays dont les gouvernements sont les seuls considérés aujourd'hui comme pro-américains en Amérique du Sud.

Destitué par la majorité du Congrès des députés et abandonné par l'armée après une semaine de manifestations qui ont fait trois morts et plus de cent blessés à Quito, le déjà ex-président équatorien Lucio Gutierrez fuyait mercredi en hélicoptère le palais présidentiel et se réfugiait à l'ambassade du Brésil, pays dont il sollicite l'asile politique.

Après avoir prêté serment comme nouveau chef de l'Etat, le vice-président Alfredo Palacio, cardiologue de 66 sans affiliation politique, a promis de "refonder la République". Il envisage de convoquer un référendum sur une nouvelle Constitution.

La crise actuelle découle du vaste dégoût populaire à l'égard de la corruption et de l'incapacité gouvernementale contre la misère. Il est difficile de prévoir si, dans les jours et les semaines qui viennent, l'Equateur sera classé "à gauche" ou "à droite". A Quito, les dizaines de milliers de manifestants conspuaient l'ensemble de la classe politique en criant "Qu'ils s'en aillent tous".

Ex-colonel putschiste de 48 ans, Lucio Gutierrez fut considéré comme "le Chavez équatorien" lorsqu'il remporta les élections présidentielles de 2002, promettant une lutte sans merci contre la corruption et la pauvreté, qui frappe près de 80% des 13 millions d'Equatoriens.

Comme le président vénézuélien Hugo Chavez, ex-officier putschiste lui aussi, Lucio Gutierrez souleva un immense espoir populaire, surtout au sein de la forte minorité indienne, qui constitue entre 30 et 40% de la population de l'Equateur.

Mais à la différence d'Hugo Chavez, Lucio Gutierrez n'a jamais pu s'appuyer sur une majorité parlementaire propre. Malgré la victoire à la présidentielle de son leader, la Société patriotique de Lucio Gutierrez ne put faire élire en 2002 que ... 5 députés sur les 100 du Congrès! L'homme était plus connu que son parti trop neuf et sans racines.

A la recherche perpétuelle d'alliances, Lucio Gutierrez tenta de soumettre le pouvoir judiciaire, au profit notamment de l'ex-président Abdala Bucaram, revenu le 2 avril dernier de son exil panaméen après avoir été amnistié de multiples délits de corruption par une nouvelle Cour suprême aux ordres de la présidence de la République.

Symbole de la décadence politique, Abdala Bucaram disposait encore au Congrès d'alliés sur lesquels voulait s'appuyer Gutierrez. Le retour de Bucaram mit le feu aux poudres, déclenchant à Quito les émeutes qui ont forcé Lucio Gutierrez à fuir.

Autre différence décisive entre Hugo Chavez et Lucio Gutierrez: alors que, malgré des hésitations initiales, l'armée avait finalement soutenu le président vénézuélien dans des moments dramatiques, le ramenant au pouvoir dont il fut évincé pendant 48 heures en avril 2002, Gutierrez, lui, fut définitivement lâché par les militaires après une semaine de manifestations pourtant nettement moins massives que celles organisées au Venezuela par les anti-chavistes.

Et contrairement encore à Hugo Chavez, Lucio Gutierrez s'était rapproché des Etats-Unis. Il négociait avec Washington un traité de libre-échange et ne remettait en question ni la dollarisation impopulaire de l'Equateur ni l'utilisation par l'aviation américaine de la base militaire de Manta, sur la côte pacifique équatorienne, plate-forme de l'espionnage aérien contre le narcotrafic et la guérilla colombienne.

Dès 1999, un porte-parole de la guérilla marxiste des FARC (Forces armées révolutionnaires de Colombie), Rodolfo Gonzalez, assimilait la base de Manta à "un poste avancé de l'impérialisme gringo". La guérilla colombienne n'a pas pardonné à Lucio Gutierrez l'arrestation de l'un de ses chefs, Simon Trinidad, interpellé le 2 janvier 2004 à Quito par la police équatorienne et livré aux autorités colombiennes, qui l'ont extradé aux Etats-Unis pour y répondre de l'accusation de narcotrafic.

Avant cet épisode, des émissaires des FARC tenaient ouvertement des conférences de presse à Quito. Voisin de la Colombie, l'Equateur était, pour les rebelles colombiens, une base arrière naturelle et un couloir à peine clandestin d'approvisionnement en armes. L'instabilité politique actuelle pourrait rendre à l'Equateur ce rôle déstabilisateur pour la Colombie, principal allié politique et militaire des Etats-Unis en Amérique du Sud.

Quant à l'autre voisin de l'Equateur, le Pérou, le voilà ébranlé sur son flanc nord par le tourbillon équatorien, comparable à celui qui, sur son flanc sud, avait débouché sur la fuite aux Etats-Unis, en octobre 2003, du président bolivien néolibéral et pro-américain Gonzalo Sanchez de Lozada.

Lui-même proche des Etats-Unis, sur lesquels il s'appuie pour empêcher la renaissance de la guérilla maoïste du Sentier lumineux et avec lesquels il négocie aussi un traité de libre-échange, le président péruvien Alejandro Toledo est menacé par diverses accusations de corruption. Sa popularité s'est effondrée au-dessous de 10%. Les événements d'Equateur et de Bolivie le fragilisent davantage.

Vous pouvez réagir à cet article sur notre forum


ARTICLES ET DOSSIERS LIÉS
Equateur-Colombie: base américaine de Manta, narcotrafic, guerre antiterroriste
Dossier Equateur


Equateur-Colombie: base américaine de Manta, narcotrafic et guerre antiterroriste

Dossier Equateur
REPRODUCTION
© LatinReporters.com

Le texte de cet article peut être reproduit à 2 conditions:

1 Attribution claire à LatinReporters.com

2 Lien actif sur le mot LatinReporters.com
PAYS
  • Argentine
  • Bolivie
  • Brésil
  • Chili
  • Colombie
  • Costa Rica
  • Cuba
  • Equateur
  • Espagne
  • Guatemala
  • Haïti
  • Honduras
  • Mexique
  • Nicaragua
  • Panama
  • Paraguay
  • Pérou
  • Porto Rico
  • R.dominicaine
  • Salvador
  • Uruguay
  • Venezuela
  • DOSSIERS
  • Tous les titres
  • Pays basque-ETA
  • Europe-Amér. latine
  • Espagne-UE
  • Gibraltar
  • Letizia-prince Felipe
  • Irak
  • Droits de l'homme
  • Ingrid Betancourt
  • Terrorisme international
  • Globalisation
  • Immigration
  • Peuples autochtones
  • Dollarisation
  • Drogue
  • NOUS CONTACTER
  • Rédaction
  • Christian Galloy directeur
  • (00 34) 917 155 469
  • (00 34) 610 686 761
  • Publicité - Références
  • SERVICE RADIO
    Nous fournissons aux radios des billets audios sous la signature et l'angle souhaités.

      Accueil   |  Politique   |  Economie   |  Multimédia   |  Société   |  Pays+dossiers   |  Flashs   |  Titres   | Forum 

    © LatinReporters.com - Amérique latine - Espagne
    Le texte de cet article peut être reproduit s'il est clairement attribué à LatinReporters.com
    avec lien actif sur le mot LatinReporters.com