Accueil  | Politique  | Economie  | Multimédia  | Société  | Pays+dossiers  | Flashs  | Titres  | Forum 
Google
 
Web LatinReporters.com
Espagne - Réforme de l'éducation contestée: la droite domine la rue

"Des centaines de milliers de personnes marchent à Madrid contre la réforme éducative" titre le pro-socialiste El Pais
par Christian Galloy
Analyste politique,
directeur de LatinReporters.com


MADRID, dimanche 13 novembre 2005 (LatinReporters.com) - La manifestation, samedi à Madrid, contre le projet gouvernemental de réforme de l'éducation est l'une des plus massives en 30 ans de démocratie retrouvée dans une Espagne dirigée depuis avril 2004 par le socialiste José Luis Rodriguez Zapatero. La droite espagnole domine désormais la rue.


Un million et demi de manifestants selon les organisateurs, 406.757 (sic) selon la préfecture de Madrid, inféodée au gouvernement socialiste... N'importe lequel de ces deux chiffres inscrit la mobilisation populaire contre la LOE (Loi organique de l'Education) au palmarès des marées humaines réunies successivement en Espagne contre la tentative de coup d'Etat militaire de 1981, contre la guerre en Irak en 2003 et contre les attentats islamistes de Madrid en mars 2004.

Voilà en outre la troisième fois cette année que la droite sociologique, politique et religieuse espagnole mobilise des centaines de milliers de manifestants dans la capitale. En juin, ce fut contre une éventuelle négociation du gouvernement avec les séparatistes basques de l'ETA, puis contre le mariage homosexuel.

Que la droite, revenue sur les socialistes dans les sondages, s'approprie à ce point la rue est un paradoxe remarqué en ce novembre 2005, mois du 30e anniversaire de la mort du général-dictateur Francisco Franco et du début de la "transition démocratique".

En dépit des acquis de cette "transition", les deux Espagne, celle de gauche et celle de droite, coexistent comme à contrecoeur. Mais dramatiser serait déplacé. L'universalisation des droits de l'homme et la démocratie commune européenne ont propulsé l'Espagne à des années-lumière de la barbarie de sa guerre civile de 1936-1939.

La manifestation contre la LOE socialiste, qui doit encore être débattue au Parlement, confirme qu'en Espagne comme ailleurs l'éducation est une matière extrêmement sensible. Réduire le poids du catéchisme dans l'enseignement et rogner l'autonomie des écoles privées ne sera pas une sinécure pour le socialiste Zapatero.

Le projet de loi gouvernemental veut établir formellement le caractère facultatif des cours de religion dans l'enseignement public. Ils seront offerts obligatoirement dans le primaire et le secondaire, mais les élèves ne s'y inscriront que sur une base volontaire. Selon la LOE, ces cours n'influeraient pas sur la note globale qui conditionne le passage à la classe supérieure.

Une loi de l'exécutif conservateur précédent, dont l'application fut gelée dès l'avènement du gouvernement Zapatero, détournait ce caractère facultatif en imposant, avec poids sur l'évaluation globale des élèves, soit le cours de religion, soit un cours intitulé "Histoire des religions". Une alternative logiquement suspecte aux yeux des familles laïques. Mais le nouveau cours de "citoyenneté" que veut imposer la LOE soulève, lui, la méfiance des milieux catholiques.

Le projet socialiste réduit par ailleurs l'autonomie des collèges privés soutenus par des fonds publics. L'enseignement privé subventionné, composé à 70% d'établissements catholiques, regroupe en Espagne 25,7% des élèves non universitaires. Outre les incertitudes d'un financement qu'ils jugent insuffisant, ces établissements devraient notamment, aux termes de la LOE, céder aux pouvoirs publics la gestion de l'inscription des écoliers.

La pression de l'immigration explique cette mesure. Dans le primaire et le secondaire, les enfants d'immigrés représentent cette année 6,5% de la population scolaire en Espagne et plus de 10% à Madrid. L'enseignement public accueille actuellement 70% des ces élèves étrangers. Le gouvernement Zapatero veut en détourner une partie vers les écoles privées subventionnées afin d'éviter les risques liés aux ghettos scolaires. L'image de banlieues françaises en flammes consolidera cette volonté.

Les adversaires de la LOE croient que ce projet de loi s'inscrit dans une offensive globale de la laïcité socialiste contre l'influence du catholicisme en Espagne.

A l'appel des associations catholiques de parents d'élèves et de défense de la famille, à l'appel aussi de l'Eglise et du Parti populaire (PP, opposition conservatrice), ce sont des familles entières de la classe moyenne espagnole, parents, enfants et grands-parents, qui manifestaient samedi à Madrid pour réclamer le retrait de la LOE. Des religieuses et au moins six évêques défilaient aussi.

Cette marée humaine brandissait une multitude de drapeaux espagnols. (Symbolisaient-ils l'hostilité au néonationalisme catalan soutenu par José Luis Rodriguez Zapatero?) Des pancartes proclamaient "Nous ne voulons pas être éduqués par Zapatero". Quelques cris réclamaient la démission du dirigeant socialiste.

Enfin, affront inattendu infligé à la gauche gouvernementale par cette droite sociologique et tranquille mobilisée au nom de la "liberté de l'enseignement": de la Plaza de Neptuno à la Puerta de Alcala, en passant par le Paseo del Prado, au coeur du Madrid monumental, la manifestation s'est dissoute au rythme de "Libertad sin ira" (Liberté sans colère), diffusée par des haut-parleurs.

Cette chanson célèbre fut l'hymne fétiche des premières élections démocratiques de l'après-franquisme...

Vous pouvez réagir à cet article sur notre forum


ARTICLES ET DOSSIERS LIÉS
 Dossier Espagne
 Tous les titres

VOIR AUSSI
  • Dossier Espagne
  • REPRODUCTION
    Le texte de cet article peut être reproduit à 2 conditions:

    1 Attribution claire à son auteur et à LatinReporters.com

    2 Lien actif sur le mot LatinReporters.com
    PAYS
  • Argentine
  • Bolivie
  • Brésil
  • Chili
  • Colombie
  • Costa Rica
  • Cuba
  • Equateur
  • Espagne
  • Guatemala
  • Haïti
  • Honduras
  • Mexique
  • Nicaragua
  • Panama
  • Paraguay
  • Pérou
  • Porto Rico
  • R.dominicaine
  • Salvador
  • Uruguay
  • Venezuela
  • DOSSIERS
  • Tous les titres
  • Pays basque-ETA
  • Europe-Amér. latine
  • Espagne-UE
  • Gibraltar
  • Letizia-prince Felipe
  • Irak
  • Droits de l'homme
  • Ingrid Betancourt
  • Guerre antiterroriste
  • Globalisation
  • Immigration
  • Peuples autochtones
  • Dollarisation
  • Drogue
  • NOUS CONTACTER
  • Rédaction
  • Christian Galloy directeur
  • (00 34) 917 155 469
  • (00 34) 610 686 761
  • Publicité - Références
  • SERVICE RADIO
    Nous fournissons aux radios des billets audios sous la signature et l'angle souhaités.

      Accueil   |  Politique   |  Economie   |  Multimédia   |  Société   |  Pays+dossiers   |  Flashs   |  Titres   | Forum 

    © LatinReporters.com - Amérique latine - Espagne
    Le texte de cet article peut être reproduit s'il est clairement attribué à son auteur et
    à LatinReporters.com avec lien actif sur le mot LatinReporters.com