Accueil  | Politique  | Economie  | Multimédia  | Société  | Pays+dossiers  | Flashs  | Titres  | Forum 
Google
 
Web LatinReporters.com
Amérique du Sud et Amérique centrale: 2 sommets très distincts
Sommet latino-arabe de Brasilia et division de l'Amérique latine

Le président Lula au sommet Amérique du Sud - Pays arabes des 10 et 11 mai 2005 à Brasilia
Photo Ricardo Stuckert/PR
par Isaac Bigio
Analyste international - www.bigio.org

Lundi 16 mai 2005 (LatinReporters.com) - Deux sommets présidentiels quasi simultanés se sont réunis la semaine dernière. Tandis que le président américain George W. Bush recevait les présidents de six républiques d'Amérique centrale, le président brésilien Luiz Inacio Lula da Silva était l'amphitryon du Ier sommet entre 12 pays sud-américains et 22 pays arabes. Chacune de ces initiatives allait en sens inverse de l'autre.


Le président des Etats-Unis se réunissait à Washington avec ses homologues du Honduras, Ricardo Maduro; du Guatemala, Oscar Berger; du Nicaragua, Enrique Bolaños; du Salvador, Elias Antonio Saca; du Costa Rica, Abel Pacheco et de la République dominicaine, Leonel Fernandez.

Ces mandataires vinrent à Washington pour appuyer Bush, cherchant à l'aider à obtenir du Congrès l'approbation du CAFTA (Central American Free Trade Agreement), le traité de libre-échange entre les Etats-Unis et l'Amérique centrale.

Par contre, les dirigeants sud-américains réunis à Brasilia adoptaient une résolution se distanciant de la stratégie "antiterroriste" et "unilatérale" des Etats-Unis.

Tandis que l'Amérique centrale a les yeux fixés sur le Nord, l'Amérique du Sud regarde de tous côtés. Le Brésil, le Mercosur (marché commun sud-américain regroupant le Brésil, l'Argentine, le Paraguay et l'Uruguay) et le centre gauche qui a conquis le pouvoir dans plusieurs pays de la région font pression pour unir l'Amérique du Sud au sein d'un marché régional autonome par rapport aux Etats-Unis. Un marché appelé à négocier aussi avec l'Europe, la Russie, la Chine, la Ligue arabe et l'Asie.

Alors que le Sud réclame un monde multipolaire et critique la guerre en Irak, nombre de gouvernements centraméricains appuient cette intervention et cherchent à s'abriter sous le parapluie économique et politique du président Bush.

Et si la Chine est perçue en Amérique du Sud comme un partenaire acheteur de matières premières, elle est vue par contre en Amérique centrale comme un rival menaçant les exportations textiles de la région vers l'Amérique du Nord.

Le principal écueil de la politique centraméricaine de portes ouvertes sur les Etats-Unis se trouve paradoxalement à Washington, où le Congrès redoute que soit affectée la production agricole nationale ou qu'augmente l'immigration hispanique.

Stratégie du Brésil

Le Ier sommet Amérique du Sud - Pays arabes s'inscrit dans un virage stratégique impulsé par le Brésil. Il s'agit du plus important événement international qu'ait présidé Luiz Inacio Lula da Silva. Il est un élément de sa stratégie visant à obtenir pour le Brésil un siège permanent au Conseil de sécurité, principal organisme des Nations unies, et à prendre la tête d'un bloc sud-américain favorable à un monde multipolaire. Ce bloc devrait jouir d'une certaine autonomie à l'égard de Washington et tisser des liens bilatéraux avec la Russie, l'Europe, l'Afrique et l'Asie. Avec la Chine et l'Inde, Lula veut organiser un axe des trois colosses géographiques du Sud.

Le Brésil veut capitaliser le fait de compter de nombreux descendants d'immigrants du Moyen-Orient. Plus de 10 millions de Sud-Américains ont une ascendance arabe. Plusieurs d'entre eux ont dirigé le gouvernement ou l'opposition dans divers pays, tels l'Argentine, la Colombie, l'Equateur et le Salvador.

Le commerce entre les deux régions est encore limité. A peine 3,5% des importations du Moyen-Orient viennent d'Amérique du Sud. Le sommet de Brasilia a cherché à élargir les liens, à capter des investissements arabes et à ouvrir de nouveaux marchés pour les fruits, le soja, les céréales, la viande et les métaux sud-américains. Mercosur et le Conseil de coopération du Golfe ont signé des accords.

Le sommet, qui aurait dû servir à unir le bloc sud-américain, a démontré la fragilité des relations entre voisins tels que le Chili et le Pérou, ainsi que le Brésil et l'Argentine. Le président argentin Nestor Kirchner s'est retiré prématurément du conclave. Craignant d'être relégués au rang de puissances latino-américaines inférieures, l'Argentine et le Mexique s'opposent à l'ambition du Brésil d'obtenir un siège permanent au Conseil de sécurité des Nations unies. En outre, les exportations du Brésil vers l'Argentine se multiplient et ont une plus grande valeur ajoutée que celles de son voisin, qui proteste contre le déséquilibre.

Tension aussi entre le Chili et le Pérou. A Brasilia, le président péruvien Alejandro Toledo a prié son homologue chilien Ricardo Lagos de s'excuser publiquement pour la vente, il y a dix ans, d'armes chiliennes à l'Equateur, alors opposé au Pérou dans un conflit frontalier. Un sentiment antichilien renaît au Pérou, attisé par le gouvernement et par des opposants en quête de popularité.

Le Venezuela a utilisé le sommet de Brasilia pour aller de l'avant dans la concrétisation de Petrosur, une multinationale pétrolière publique sud-américaine, et pour tisser un bloc en faveur de la "souveraineté" et contre "l'interventionnisme et l'unilatéralisme" nord-américains.

"Droit des peuples à résister à l'occupation étrangère"

Les pays d'Amérique du Sud et de la Ligue arabe ont des régimes très différents. Tandis que le sous-continent abrite des démocraties de libre marché qui élisent des gouvernements relevant d'une gauche modérée, la région arabe ne comporte que peu de démocraties et est scindée entre autocraties les plus draconiennes et certaines dictatures nationalistes protectionnistes. En dépit de la faiblesse tant des échanges commerciaux que des affinités idéologiques entre les deux blocs, ceux-ci veulent s'appuyer mutuellement pour construire avec le Nord des relations commerciales et politiques plus avantageuses.

Le sommet Amérique du Sud - Pays arabes s'est prononcé en faveur de l'octroi au Pérou et au Qatar d'un siège non permanent au Conseil de sécurité de l'ONU en 2006-2007. Mais le Brésil n'a pas réussi à faire appuyer son ambition d'y occuper un siège permanent.

Deux prises de position nouvelles au sommet de Brasilia: les 22 pays arabes représentés, y compris la Syrie et la Libye, acceptèrent de reconnaître Israël et les 34 signataires de la déclaration finale ont reconnu "le droit des peuples à résister à l'occupation étrangère". Ce dernier point pourrait être invoqué par le Hamas ou le Hezbollah, mais il risque aussi de l'être par la guérilla colombienne des FARC.

Les alternatives en Amérique latine se définissent entre deux pôles. La voie centraméricaine tend à s'insérer dans la sphère économique et politique des Etats-Unis, tandis que l'axe sud-atlantique fait pression en faveur de la création d'un bloc autonome dans le processus de globalisation. Les Andes se situent géographiquement et politiquement entre ces deux chemins.



Liste des 34 pays ayant participé au Ier sommet Amérique du Sud - Pays arabes, les 10 et 11 mai 2005 à Brasilia:
Algérie, Arabie saoudite, Argentine, Bahreïn, Bolivie, Brésil, Chili, Colombie, Comores, Djibouti, Egypte, Emirats arabes unis, Equateur, Guyana, Irak, Jordanie, Koweït, Liban, Libye, Maroc, Mauritanie, Oman, Palestine, Paraguay, Pérou, Qatar, République arabe de Syrie, Somalie, Soudan, Surinam, Tunisie, Uruguay, Venezuela et Yémen. [
Retour haut de page]


Vous pouvez réagir à cet article sur notre forum


ARTICLES ET DOSSIERS LIÉS
 Déclaration de Brasilia - Texte intégral en français
 Dossier Brésil
 Dossier globalisation
 Tous les titres

VOIR AUSSI
  • Déclaration de Brasilia
  • Dossier Brésil
  • Dossier Globalisation
  • REPRODUCTION
    © LatinReporters.com

    Le texte de cet article peut être reproduit à 2 conditions:

    1 Attribution claire à son auteur et à LatinReporters.com

    2 Lien actif sur le mot LatinReporters.com
    PAYS
  • Argentine
  • Bolivie
  • Brésil
  • Chili
  • Colombie
  • Costa Rica
  • Cuba
  • Equateur
  • Espagne
  • Guatemala
  • Haïti
  • Honduras
  • Mexique
  • Nicaragua
  • Panama
  • Paraguay
  • Pérou
  • Porto Rico
  • R.dominicaine
  • Salvador
  • Uruguay
  • Venezuela
  • DOSSIERS
  • Tous les titres
  • Pays basque-ETA
  • Europe-Amér. latine
  • Espagne-UE
  • Gibraltar
  • Letizia-prince Felipe
  • Irak
  • Droits de l'homme
  • Ingrid Betancourt
  • Guerre antiterroriste
  • Globalisation
  • Immigration
  • Peuples autochtones
  • Dollarisation
  • Drogue
  • NOUS CONTACTER
  • Rédaction
  • Christian Galloy directeur
  • (00 34) 917 155 469
  • (00 34) 610 686 761
  • Publicité - Références
  • SERVICE RADIO
    Nous fournissons aux radios des billets audios sous la signature et l'angle souhaités.

      Accueil   |  Politique   |  Economie   |  Multimédia   |  Société   |  Pays+dossiers   |  Flashs   |  Titres   | Forum 

    © LatinReporters.com - Amérique latine - Espagne
    Le texte de cet article peut être reproduit s'il est clairement attribué à son auteur et à LatinReporters.com avec lien actif sur le mot LatinReporters.com