Accueil  | Politique  | Economie  | Multimédia  | Société  | Pays+dossiers  | Flashs  | Titres  | Forum 
Google
 
Web LatinReporters.com
Bolivie - Nouvelle démission du président Mesa: vers un putsch civil?

Carlos Mesa, président démissionnaire
Photo Presidencia de la República
Le leader indien Evo Morales
Photo Jeremy Bigwood
LA PAZ, mardi 7 juin 2005 (LatinReporters.com) - Comme en mars et à nouveau sous la pression de manifestations qui paralysent le pays depuis trois semaines, Carlos Mesa a annoncé lundi soir à la télévision qu'il soumettait au Parlement sa "renonciation" à la présidence de la Bolivie. Gaz, ethnicité, misère et influences internationales alimentent la crise bolivienne. Une menace de putsch civil existe.

Les parlementaires avaient refusé la démission annoncée le 6 mars dernier par le président Mesa. Aujourd'hui, il n'est pas sûr que le Congrès national (Parlement) puisse se réunir ou pour le moins se soustraire à la pression des manifestants afin de se prononcer sur la nouvelle renonciation de Carlos Mesa et d'organiser éventuellement sa succession dans le respect de la Constitution.

Venus essentiellement de la grande banlieue ouvrière et amérindienne que forme la ville proche d'El Alto, 80.000 hommes et femmes descendaient lundi sur La Paz, bloquant notamment, comme lors de nombreuses mobilisations précédentes, les accès à la Présidence et au Parlement. Les manifestants réclament la nationalisation du gaz et du pétrole boliviens, le gel du processus d'autonomie des riches départements orientaux et la convocation d'une Assemblée constituante pour réviser une Constitution peu généreuse envers les populations de souche autochtone.

Au moins soixante barrages routiers paralysent le pays depuis plusieurs semaines. Les principales villes -La Paz, Santa Cruz, Cochabamba, Potosi, etc.- ne sont plus ravitaillées. Les réserves de carburants et d'aliments s'y épuisent. Des sabotages compliquent la distribution d'eau.

Les principaux acteurs de la contestation sont:
-les "cocaleros" (cultivateurs de coca) conduits par le député Evo Morales, Indien de l'ethnie aymara et leader du Mouvement vers le socialisme (MAS, deuxième parti parlementaire);
-la Fédération des comités de quartier (juntas vecinales) d'El Alto, dirigée par Abel Mamani, également de souche autochtone;
-la Centrale ouvrière bolivienne (COB, principal syndicat) de Jaime Solares.

Pour s'opposer à l'exportation du gaz bolivien vers l'Amérique du Nord via le Chili, leurs forces conjuguées avaient balayé en octobre 2003 le président conservateur Gonzalo Sanchez de Lozada, exilé à Miami après une répression laissant quelque 80 morts et 400 blessés lors de ce qu'on appela "la guerre du gaz". Carlos Mesa, alors vice-président, avait succédé automatiquement au chef de l'Etat en fuite, assumant le mandat présidentiel qui court en principe jusqu'en 2007.

Le président Mesa a organisé un référendum sur la gestion des ressources énergétiques de la Bolivie, qui possède les principales réserves de gaz naturel d'Amérique du Sud après celles du Venezuela. Le 17 mai dernier, le Parlement approuvait une loi ajoutant 32% d'impôts aux 18% de royalties dues par les multinationales du secteur.

Cette loi ne satisfait personne:
-les multinationales (Shell, Enron, Repsol YPF, Total, British Gas, Amoco, Petrobras) menacent de geler leurs investissements;
-les départements orientaux de Santa Cruz, Tarija, Beni et Pando, qui concentrent l'essentiel des ressources énergétiques et agricoles du pays, ébauchent un processus d'autonomie régionale, déjà très avancé à Santa Cruz, pour gérer leurs richesses en conservant le modèle libéral souhaité par les multinationales;
-les contestataires qui ont à nouveau forcé la démission du président Mesa et qui s'appuient sur l'Occident andin de la Bolivie réclament la nationalisation pure et simple du gaz et du pétrole.

L'opposition entre, d'une part, Orient libéral dominé par les blancs et les métis et, d'autre part, Occident andin pauvre et amérindien risque de déboucher sur des heurts ethniques, voire sur la scission de la Bolivie. Deux tiers des habitants du pays sont d'origine autochtone.

Le syndicaliste Jaime Solares, leader de la COB, est le seul à réclamer ouvertement un putsch militaire -de gauche, certes- qui déboucherait sur un gouvernement "militaro-civique" d'inspiration chaviste, la révolution bolivarienne du président Hugo Chavez du Venezuela étant désormais une référence, jugée positive ou négative, en Bolivie et dans d'autres pays d'Amérique du Sud.

Court-circuiter la succession constitutionnelle

Plus politique et plus puissant, le socialiste aymara Evo Morales, proche de Fidel Castro et de Hugo Chavez, propose de transférer directement le pouvoir au président de la Cour suprême de Justice, Eduardo Rodriguez, qui n'occupe pourtant que le troisième rang dans la succession constitutionnelle à Carlos Mesa.

Cette proposition court-circuite, dans l'ordre, le président du Sénat, Hormando Vaca Diez, et le président de la Chambre des députés, Mario Cossio. Constitutionnellement, chacune de ces deux personnalités, dont Evo Morales réclame la démission, devrait, si elle succédait à Carlos Mesa, mener jusqu'à son terme, en 2007, le mandat présidentiel.

Par contre, la Charte fondamentale bolivienne prévoit (Article 93) que si, à défaut des autres successeurs possibles, la présidence de la République revenait au président de la Cour suprême de Justice, ce dernier devrait obligatoirement convoquer une nouvelle élection présidentielle si se sont écoulés moins de trois ans du mandat en cours. Ce délai de trois ans expire le 6 août prochain.

Evo Morales semble miser sur cette procédure en réclamant des élections anticipées. Il estime en outre que les autonomies régionales et la convocation d'une Assemblée constituante pour réviser la Constitution sont des dossiers qui devraient relever d'un "Conseil national", dont le choix des membres risquerait cependant de soulever nombre d'inquiétudes.

En conclusion, des observateurs boliviens soulignent le risque d'un "putsch civil" qui, sous la pression continue de manifestations, court-circuiterait le cours constitutionnel de la succession présidentielle.

Dans cette hypothèse, le principal souci d'Evo Morales serait de conserver les apparences légales afin d'éviter à la Bolivie l'intervention de l'Organisation des Etats américains et des représailles politiques internationales.

Divers analystes estiment toutefois légitime de ne plus sanctifier les mécanismes formels d'une démocratie incapable de nourrir ses citoyens. La Bolivie demeure en effet, malgré ses richesses et son régime parlementaire, le pays le plus pauvre d'Amérique du Sud et l'un des plus injustes au monde quant à la répartition du revenu national.

L'importance des réserves de gaz naturel bolivien et les sympathies castristes et chavistes des contestataires dramatisent et internationalisent l'enjeu. Déjà exporté au Brésil et en Argentine, ce gaz est essentiel à l'approvisionnement énergétique des deux principaux pays d'Amérique du Sud, surtout à l'approche de l'hiver austral.

Vous pouvez réagir à cet article sur notre forum


ARTICLES ET DOSSIERS LIÉS
 Bolivie: Carlos Mesa renforcé après le rejet de sa démission par le Parlement
 Bolivie: le président Carlos Mesa renforcé par sa démission... révocable
 Bolivie: autonomie contestée de Santa Cruz proclamée par une marée humaine
 Bolivie - référendum sur le gaz : victoire conditionnelle du président Mesa
 Dossier Bolivie


VOIR AUSSI
Bolivie: Carlos Mesa, président renforcé après le rejet de sa démission par le Parlement

Bolivie: le président Carlos Mesa renforcé par sa démission... révocable

Bolivie: autonomie contestée de Santa Cruz proclamée par une marée humaine

Dossier Bolivie
REPRODUCTION
© LatinReporters.com

Le texte de cet article peut être reproduit à 2 conditions:

1 Attribution claire à LatinReporters.com

2 Lien actif sur le mot LatinReporters.com
PAYS
  • Argentine
  • Bolivie
  • Brésil
  • Chili
  • Colombie
  • Costa Rica
  • Cuba
  • Equateur
  • Espagne
  • Guatemala
  • Haïti
  • Honduras
  • Mexique
  • Nicaragua
  • Panama
  • Paraguay
  • Pérou
  • Porto Rico
  • R.dominicaine
  • Salvador
  • Uruguay
  • Venezuela
  • DOSSIERS
  • Tous les titres
  • Pays basque-ETA
  • Europe-Amér. latine
  • Espagne-UE
  • Gibraltar
  • Letizia-prince Felipe
  • Irak
  • Droits de l'homme
  • Ingrid Betancourt
  • Terrorisme international
  • Globalisation
  • Immigration
  • Peuples autochtones
  • Dollarisation
  • Drogue
  • NOUS CONTACTER
  • Rédaction
  • Christian Galloy directeur
  • (00 34) 917 155 469
  • (00 34) 610 686 761
  • Publicité - Références
  • SERVICE RADIO
    Nous fournissons aux radios des billets audios sous la signature et l'angle souhaités.

      Accueil   |  Politique   |  Economie   |  Multimédia   |  Société   |  Pays+dossiers   |  Flashs   |  Titres   | Forum 

    © LatinReporters.com - Amérique latine - Espagne
    Le texte de cet article peut être reproduit s'il est clairement attribué à LatinReporters.com
    avec lien actif sur le mot LatinReporters.com