Accueil  | Politique  | Economie  | Multimédia  | Société  | Pays+dossiers  | Flashs  | Titres  |Communiqués

 version imprimable
Google
 
Web LatinReporters.com
Bolivie - Guerre de l'étain: 16 mineurs tués, 81 blessés et Evo Morales parle de "conspiration"

A la une de la presse bolivienne, combats à la dynamite et au fusil autour de la mine de Huanuni
LA PAZ, dimanche 8 octobre 2006 (LatinReporters.com) - Des combats à la dynamite, au fusil et à coups de pelle ont fait jeudi et vendredi en Bolivie 16 morts et 81 blessés lors d'affrontements entre mineurs pour le contrôle de la mine d'étain de Huanuni, la plus importante d'Amérique du Sud. Critiqué et parlant de "conspiration", le président Evo Morales a destitué et remplacé son ministre des Mines.

Le nombre de morts avait d'abord été estimé à 21 par le Défenseur du Peuple, Waldo Albarracin. Il a contribué, avec des représentants de l'Eglise et d'organisations de défense des droits de l'homme, à séparer les combattants. L'envoi trop tardif de 700 policiers a été décisif pour rétablir un calme peut-être seulement provisoire.

Dans le périmètre de la mine et de son principal gisement, la montagne Posokoni, mais aussi dans la ville même de Huanuni (20.000 habitants), les dégâts matériels sont énormes. "Pareils à ceux d'une guerre" se lamente le ministre de la Présidence, Juan Ramon Quintana.

Il s'agit de la crise la plus grave à laquelle ait été confronté Evo Morales depuis son investiture, le 22 janvier dernier. Le leader amérindien a admis, samedi, qu'il vient de vivre son "pire moment" en tant que président. Il avait dénoncé auparavant l'attitude "individualiste et mesquine" des mineurs des deux camps et reconnu ne pas pouvoir "comprendre comment des secteurs ouvriers qui étaient à l'avant-garde des revendications peuvent s'affronter et endeuiller le peuple".

A 280 km au sud-est de la Paz et perchée à 4.000 mètres d'altitude dans les Andes, la mine de Huanuni fournit 5% de l'étain mondial et 60% de la production bolivienne de ce métal. Après le gaz naturel, nationalisé le 1er mai dernier, et les "remesas" (envois d'argent) des émigrés, l'étain est la 3e principale source de revenus de la Bolivie. Son cours est en hausse sur les marchés internationaux.

Les assaillants étaient plusieurs centaines. Il s'agit de "cooperativistas", des mineurs de coopératives créées dans les années 1980 pour éponger la masse de chômeurs issus de la grande crise minière de l'époque. Au fil des ans, les "cooperativistas" ont gagné le surnom de "déprédateurs". Jeudi, ils ont littéralement attaqué, dans l'intention de les déloger et de les supplanter, les 1.200 mineurs qui travaillent dans la mine de Huanuni, des salariés de l'entreprise publique COMIBOL (Corporacion Minera de Bolivia), propriétaire de l'exploitation. Les victimes appartiennent aux deux camps.

Les "déprédateurs" sont près de 70.000 dans l'ensemble de la Bolivie. En 2004, nul n'avait pu leur résister lorsqu'il prirent par la force, au prix de neuf morts et une cinquantaine de blessés, le contrôle des mines de Caracoles, Colquiri, Sayaquiri, El Totoral y San Vicente.

Les coopératives de mineurs ont progressivement dilué leur objectif social. La plupart fonctionnent comme des entreprises privées, recherchant les bénéfices et surexploitant leurs travailleurs affiliés.

Les "cooperativistas" avaient fortement soutenu la campagne électorale du MAS (Mouvement vers le socialisme) d'Evo Morales avant les élections présidentielle et législatives du 18 décembre 2005. Morales a été élu chef de l'Etat et son MAS contrôle la majorité absolue parlementaire. Dans les meetings électoraux, on avait vu plusieurs fois l'actuel président haranguer la foule coiffé d'un casque de mineur.

Le ministre des Mines, Walter Villaroel, destitué vendredi pour apaiser l'opinion publique, était président de la Fédération nationale de coopératives minières de Bolivie, soit "déprédateur" en chef, avant son entrée au gouvernement. Aussi l'agence Bolpress, d'ordinaire favorable au président Morales, qualifiait-elle samedi le massacre de Huanuni de "pacte de sang entre le gouvernement d'Evo Morales et la Fédération de coopératives minières de Bolivie".

Walter Villaroel a cédé son portefeuille ministériel à Guillermo Dalence, formé au combat social dans... les coopératives, prétendent quelques journalistes boliviens, mais surtout à la tête des
Evo Morales en campagne électorale dans la ville minière de Huanuni avant l'élection présidentielle de décembre 2005 - Photo MAS
syndicats des mines publiques, corrigent d'autres. Le président de la COMIBOL a également été remplacé.

"Conspiration"

Quelques heures avant ce remaniement, Guillermo Vilela, responsable de l'Assemblée des droits de l'homme de Bolivie (ADHB), avait rejeté au moins partiellement la responsabilité du massacre sur Evo Morales: "Il y a deux semaines, nous avions averti le Palais Quemado [siège de la présidence] de la tragédie qui se préparait, mais personne ne nous a prêté attention".

Selon le sénateur Oscar Ortiz, du parti Podemos (opposition conservatrice), le drame de Huanuni serait l'une des "conséquences de la frustration due au non respect des promesses électorales du MAS. Ils ont fait des promesses contradictoires aux deux parties: aux cooperativistas on leur a offert de protéger leurs intérêts et on leur a donné un ministère; aux salariés, on leur avait promis de nationaliser le secteur des mines afin qu'il soit entièrement géré par la COMIBOL. Mais il était impossible que le gouvernement puisse tenir ces deux promesses à la fois".

Devant les médias, le président Morales a associé les affrontements meurtriers entre mineurs à "une conspiration interne et externe contre la démocratie, mon gouvernement et la Bolivie". Un épisode qu'il verse donc au dossier d'un supposé complot permanent contre l'actuel régime autochtono-socialiste d'une Bolivie alliée à Cuba et au Venezuela d'Hugo Chavez. Le pedigree des "déprédateurs" était pourtant connu avant qu'Evo Morales ne fasse entrer leur chef au gouvernement.

Le président reconnaît tout de même qu'il n'a pas comblé, dans le secteur minier, "les attentes du peuple". La Centrale ouvrière bolivienne (COB, principal syndicat national) saisit l'occasion pour exiger à nouveau la nationalisation des mines, conformément à la promesse d'Evo Morales.

 version imprimable
Vous pouvez réagir à cet article sur notre forum


ARTICLES ET DOSSIERS LIÉS
Dossier Bolivie

VOIR AUSSI
  • Dossier Bolivie
  • REPRODUCTION
    Le texte de cet article peut être reproduit à 2 conditions:

    1 Attribution claire à LatinReporters.com

    2 Lien actif sur le mot LatinReporters.com

    L'affichage de ce logo
    serait aussi apprécié
    PAYS
  • Argentine
  • Bolivie
  • Brésil
  • Chili
  • Colombie
  • Costa Rica
  • Cuba
  • Equateur
  • Espagne
  • Guatemala
  • Haïti
  • Honduras
  • Mexique
  • Nicaragua
  • Panama
  • Paraguay
  • Pérou
  • Porto Rico
  • R.dominicaine
  • Salvador
  • Uruguay
  • Venezuela
  • DOSSIERS
  • Tous les titres
  • Pays basque-ETA
  • Europe-Amér. latine
  • Espagne-UE
  • Gibraltar
  • Letizia-prince Felipe
  • Irak
  • Droits de l'homme
  • Ingrid Betancourt
  • Terrorisme international
  • Globalisation
  • Immigration
  • Peuples autochtones
  • Dollarisation
  • Drogue
  • NOUS CONTACTER
  • Rédaction
  • Christian Galloy directeur
  • (00 34) 917 155 469
  • (00 34) 610 686 761
  • Publicité - Références
  • SERVICE RADIO
    Nous fournissons aux radios des billets audios sous la signature et l'angle souhaités.

      Accueil   |  Politique   |  Economie   |  Multimédia   |  Société   |  Pays+dossiers   |  Flashs   |  Titres   | Forum 

    © LatinReporters.com - Amérique latine - Espagne
    Le texte de cet article peut être reproduit s'il est clairement attribué
    à LatinReporters.com avec lien actif sur le mot LatinReporters.com