Accueil  | Politique  | Economie  | Multimédia  | Société  | Pays+dossiers  | Flashs  | Titres  | Forum 

 version imprimable
Google
 
Web LatinReporters.com
L'UE condamne Cuba pour ses "330 prisonniers politiques", mais pas de sanctions

La dissidente cubaine Martha Beatriz Roque, le visage tuméfié le 25 avril 2006 après une "intimidation" castriste à domicile
Photo APSCC
LUXEMBOURG, mardi 13 juin 2006 (LatinReporters.com) - Le nombre de prisonniers politiques a augmenté au cours des douze derniers mois à Cuba, atteignant "330 cas établis", et "la situation des droits de l'homme s'est encore détériorée" ont estimé lundi à Luxembourg les ministres des Relations extérieures des 25 pays de l'Union européenne (UE). Néanmoins, les sanctions contre La Havane restent suspendues.

Détaillant et condamnant les abus du régime castriste, les "Conclusions sur Cuba" (texte intégral ci-dessous) adoptées à Luxembourg par le Conseil de l'UE se clôturent toutefois sur la décision du Conseil "de proroger la suspension des mesures diplomatiques arrêtées le 5 juin 2003 jusqu'à la prochaine évaluation de la position commune, en juin 2007."

Le 5 juin 2003, des sanctions communautaires "diplomatiques" furent décrétées contre La Havane après l'emprisonnement de 75 opposants et trois exécutions capitales. Suspendues depuis le 31 janvier 2005 malgré l'avis contraire de dissidents cubains et de plusieurs pays européens, notamment de l'Est, ces sanctions comprenaient la restriction des visites de haut niveau, une réduction de la participation européenne aux événements culturels cubains, ainsi que l'invitation de dissidents par les ambassades européennes à La Havane lors de dates significatives.

En minorité lundi à Luxembourg, les partisans du retour aux sanctions étaient menés par le ministre tchèque des Relations extérieures, Cyril Svoboda. Son homologue espagnol, le pro-cubain Miguel Angel Moratinos, a été à nouveau plus écouté.

Cuba fut élue le 9 mai dernier au nouveau Conseil des droits de l'homme de l'ONU. L'UE en profite pour rappeler que "tous les membres élus du Conseil des droits de l'homme sont censés se conformer aux normes les plus élevées en ce qui concerne la promotion et la protection des droits de l'homme".

Texte intégral du communiqué officiel du Conseil de l'UE:

Conclusions du Conseil sur CUBA
(2737ème session du Conseil RELATIONS EXTERIEURES - Luxembourg, 12 juin 2006)

"Le Conseil a adopté les conclusions suivantes:

1. Le Conseil a confirmé que les objectifs définis dans la position commune de 1996 demeuraient pertinents et valables et a répété que la politique de l'Union européenne à l'égard de Cuba continuait de se fonder sur un engagement constructif et un dialogue critique et global à tous les niveaux. Le Conseil a souligné qu'il était déterminé à poursuivre un véritable dialogue avec les autorités cubaines, de même qu'avec l'opposition politique pacifique et la société civile de Cuba. En ayant recours à l'éventail complet des ressources dont elle dispose, l'UE continuera d'offrir à toutes les composantes de la société un soutien concret au changement pacifique à Cuba.

2. Le Conseil déplore que la situation des droits de l'homme à Cuba se soit encore détériorée depuis la dernière évaluation, en juin 2005.

Le Conseil a noté que le nombre de prisonniers politiques à Cuba avait augmenté au cours des douze derniers mois, selon les organisations cubaines de défense des droits de l'homme; il y a maintenant 330 cas établis, plusieurs personnes étant détenues depuis 2005 sans inculpation ni jugement. En outre, des centaines de jeunes Cubains avaient été arrêtés et condamnés sur la base de la qualification pénale de "propension à la délinquance".

Le Conseil a, une fois encore, engagé le gouvernement cubain à libérer sans condition tous les prisonniers politiques, y compris le groupe des 75 personnes arrêtées et condamnées en 2003.

3. L'organisation, depuis 2005, de dizaines d'actes violents de harcèlement et d'intimidation, y compris d'actes dits de répudiation, est un sujet de préoccupation particulière. Le Conseil a fait part de l'inquiétude que lui inspirent les informations selon lesquelles certains actes de "répudiation" ont lieu avec la complicité de la police et des forces de sécurité. En tout état de cause, les autorités cubaines ne respectent pas l'obligation qui leur incombe de protéger tous les citoyens. Le Conseil a invité instamment le gouvernement cubain à prendre sans tarder des mesures visant à mettre fin à la vague actuelle de harcèlement et à s'efforcer d'empêcher réellement qu'elle reprenne.

Le Conseil a fermement condamné ces actes, de même que d'autres restrictions apportées aux droits civils et politiques fondamentaux garantis par la Déclaration universelle des droits de l'homme et d'autres obligations internationales en matière de droits de l'homme, auxquelles Cuba, qui est membre de l'ONU et a signé les déclarations concernées, a souscrit. Le Conseil a rappelé aux autorités cubaines, en particulier, les responsabilités qui leur incombent en ce qui concerne les droits fondamentaux que sont le libre accès à l'information, la liberté d'expression, d'association et de réunion, la protection de la vie privée et la garantie d'un procès en bonne et due forme. L'UE continuera de suivre de près l'action du gouvernement cubain en matière de droits de l'homme.

Le Conseil a rappelé que tous les membres élus du Conseil des droits de l'homme étaient censés se conformer aux normes les plus élevées en ce qui concerne la promotion et la protection des droits de l'homme.

4. L'UE reprendrait avec plaisir un dialogue politique avec les autorités cubaines. Ce dialogue devrait porter notamment sur la question des droits de l'homme et avoir lieu sur une base réciproque et non discriminatoire. Le Conseil a engagé le gouvernement cubain, en vue de favoriser un dialogue positif et mutuellement bénéfique, à montrer qu'il était prêt au dialogue en apportant des améliorations concrètes à la situation en matière de droits de l'homme. Le Conseil a souligné que tous les visiteurs de haut niveau devraient faire part aux autorités cubaines des préoccupations que suscite la situation en matière de droits de l'homme.

5. Le Conseil s'est déclaré préoccupé par le fait que le gouvernement cubain soit revenu sur certaines réformes menant à une timide ouverture économique. Le Conseil a déploré que ces restrictions aient encore réduit la latitude laissée aux initiatives économiques privées.

Le Conseil a souligné que l'UE restait prête à fournir une coopération au développement, y compris par des projets favorisant une croissance économique durable et une amélioration des conditions de vie des Cubains.

6. Le Conseil a pris note de la 16e évaluation de la position commune de l'Union européenne sur Cuba et a décidé de proroger la suspension des mesures diplomatiques arrêtées le 5 juin 2003 jusqu'à la prochaine évaluation de la position commune, en juin 2007.
Le Conseil a décidé d'entamer des travaux sur la définition d'une stratégie à moyen et à long terme sur Cuba."

 version imprimable
Vous pouvez réagir à cet article sur notre forum


ARTICLES ET DOSSIERS LIÉS
 Cuba: répression contre dissidents condamnée par Amnesty International
 L'UE critique Cuba, mais les sanctions "restent suspendues" jusqu'en juin 2006
 Paradoxe à Cuba: congrès de dissidents toléré, mais expulsion d'observateurs
 Cuba-dissidents: le 1er Congrès pour la démocratie défie Castro
 Sanctions de l'UE contre Cuba "suspendues", mais réexamen avant juillet 2005
 Dossier Cuba
 Dossier Droits de l'homme


VOIR AUSSI
Cuba: répression contre dissidents condamnée par Amnesty International

L'UE critique Cuba, mais les sanctions restent suspendues jusqu'en juin 2006

Paradoxe à Cuba: congrès de dissidents toléré, mais expulsion d'observateurs étrangers

Cuba-dissidents: le 1er Congrès pour la démocratie défie Castro

Dossier Cuba
Dossier Droits de l'homme
REPRODUCTION
Le texte de cet article peut être reproduit à 2 conditions:

1 Attribution claire à LatinReporters.com

2 Lien actif sur le mot LatinReporters.com

L'affichage de ce logo
serait aussi apprécié
PAYS
  • Argentine
  • Bolivie
  • Brésil
  • Chili
  • Colombie
  • Costa Rica
  • Cuba
  • Equateur
  • Espagne
  • Guatemala
  • Haïti
  • Honduras
  • Mexique
  • Nicaragua
  • Panama
  • Paraguay
  • Pérou
  • Porto Rico
  • R.dominicaine
  • Salvador
  • Uruguay
  • Venezuela
  • DOSSIERS
  • Tous les titres
  • Pays basque-ETA
  • Europe-Amér. latine
  • Espagne-UE
  • Gibraltar
  • Letizia-prince Felipe
  • Irak
  • Droits de l'homme
  • Ingrid Betancourt
  • Terrorisme international
  • Globalisation
  • Immigration
  • Peuples autochtones
  • Dollarisation
  • Drogue
  • NOUS CONTACTER
  • Rédaction
  • Christian Galloy directeur
  • (00 34) 917 155 469
  • (00 34) 610 686 761
  • Publicité - Références
  • SERVICE RADIO
    Nous fournissons aux radios des billets audios sous la signature et l'angle souhaités.

      Accueil   |  Politique   |  Economie   |  Multimédia   |  Société   |  Pays+dossiers   |  Flashs   |  Titres   | Forum 

    © LatinReporters.com - Amérique latine - Espagne
    Le texte de cet article peut être reproduit s'il est clairement attribué
    à LatinReporters.com avec lien actif sur le mot LatinReporters.com