Accueil  | Politique  | Economie  | Multimédia  | Société  | Pays+dossiers  | Flashs  | Titres  |Communiqués

 version imprimable
Google
 
Web LatinReporters.com
Les conservateurs rejettent un consensus national contre le terrorisme
L'ETA divise une Espagne que José Luis Rodriguez Zapatero ne peut pas unir

José Luis Rodriguez Zapatero (à gauche) et Mariano Rajoy, président du Parti Populaire (PP, conservateur): incompatibles, malgré la courtoisie
Photo Presidencia del Gobierno (22.12.2006)
par Christian Galloy
Analyste politique
Directeur de LatinReporters


MADRID, mercredi 17 janvier 2007 (LatinReporters.com) - Divisant davantage l'Espagne pourtant invitée à un "grand consensus" national, le vif débat au Congrès des députés sur la politique antiterroriste, le 15 janvier à Madrid, n'a pour vainqueur ni le président du gouvernement, le socialiste José Luis Rodriguez Zapatero, ni son adversaire conservateur Mariano Rajoy. La victoire revient aux séparatistes basques de l'ETA.


Jamais, en effet, l'organisation indépendantiste n'avait forcé un débat qui lézarde autant l'ennemi "espagnoliste". Comme le souhaite l'ETA, la persistance d'un problème basque s'en trouve attestée. Et de la réponse à ce problème, brûlant après l'attentat du 30 décembre qui a rompu le processus dit de paix, semblent dépendre les ambitions de pouvoir des socialistes de M. Zapatero et du Parti Populaire (PP, 42% des députés) de M. Rajoy. Ils sont en précampagne pour les élections municipales et régionales du 27 mai, antichambre des législatives de 2008.

Très attendu, le débat parlementaire extraordinaire dédié au terrorisme basque a vu M. Zapatero "reconnaître l'erreur claire que j'ai commise devant tous les Espagnols" lorsqu'il déclarait, moins de 24 heures avant l'attentat du 30 décembre: "En ce qui concerne la lutte pour la fin de la violence, nous allons bien sûr mieux qu'il y a 5 ans. Mais nous allons aussi mieux qu'il y a un an et aujourd'hui, je vous exprime une conviction: dans un an, nous irons mieux qu'aujourd'hui"...

Mais le chef du gouvernement n'a pas expliqué "les raisons qui le portèrent à ne pas réagir face aux signes évidents qui contredisaient son optimisme" note l'éditorialiste du quotidien pro-gouvernemental El Pais.

Comme d'autres, ce journal souligne aussi que M. Zapatero "n'a pas exposé les critères sur lesquels, se basant sur l'expérience, il propose de refondre l'unité contre l'ETA dans un nouveau pacte multilatéral". Ce n'est en effet que d'une manière générique, sans en exposer le contenu, que le dirigeant socialiste a proposé "un grand consensus contre le terrorisme entre tous les partis démocratiques et les organisations sociales et civiques les plus représentatives".

"Venant de vous, quelle fiabilité peut avoir une quelconque proposition relative au terrorisme? Que vaut votre capacité d'analyse, de connaissance de la situation?" a répliqué le leader de l'opposition conservatrice, Mariano Rajoy, dans une longue attaque d'une virulence sans précédent contre M. Zapatero. Ce dernier a été épinglé pour son "imprudence", sa "frivolité", sa "jactance", ainsi que pour avoir "oublié que vous n'avez pas en mains ce que l'ETA réclame".

L'opposition soupçonne M. Zapatero d'avoir fait à l'ETA des promesses anticonstitutionnelles

Et M. Rajoy d'enfoncer un clou douloureux: "Il n'est pas en votre pouvoir, heureusement, de tordre la Constitution au goût de l'ETA ni d'adultérer l'État de Droit ni de donner des ordres aux juges ni d'offrir des amnisties ni de détourner la volonté des Navarrais ni d'obtenir que les Espagnols regardent ailleurs. Vous le savez, Monsieur le président du gouvernement. S'il y a eu un malentendu entre l'ETA et vous, si en plus de vendre de la fumée aux Espagnols vous en avez vendu aussi à l'ETA, le seul responsable c'est vous".

"Si vous n'accomplissez pas [ce qu'exige l'ETA], on vous posera des bombes. Et si on ne vous met pas de bombes, c'est parce que vous avez cédé" lança Mariano Rajoy dans une deuxième salve contre José Luis Rodriguez Zapatero, qui venait de l'accuser de ne poursuivre que des objectifs partisans au mépris de l'intérêt national en étant le premier chef de l'opposition à ne pas appuyer la politique antiterroriste d'un gouvernement démocratique.

Le réquisitoire de M. Rajoy est d'une gravité extrême. Il épaule en effet implicitement les affirmations du journal basque Gara, proche de l'ETA dont il diffuse les communiqués, selon lequel M. Zapatero aurait fait des promesses allant au-delà de la Constitution et des lois espagnoles pour lancer avec les séparatistes le processus dit de paix avorté par l'attentat du 30 décembre.

Revendiquant le 9 janvier cet attentat qui a fait 2 morts, 19 blessés et soufflé un parking de 4 étages de l'aéroport de Madrid, l'ETA le justifiait en reprochant au gouvernement de M. Zapatero de s'arrêter aux "limites de la Constitution espagnole et de la légalité" et priait le même gouvernement de respecter "ses engagements" sous peine d'éventuels nouveaux attentats.

Selon Gara, au cours de plusieurs mois de négociations antérieures au "cessez-le-feu permanent" annoncé par l'ETA le 22 mars 2006, les émissaires de M . Zapatero auraient promis aux indépendantistes "le respect de la décision des citoyens Basques sur leur futur" [soit l'autodétermination; ndlr] dans un territoire étendu aux provinces basques d'Alava, de Biscaye et du Guipuzcoa, ainsi qu'à la Communauté autonome de Navarre [gouvernée par la droite et en majorité hostile au nationalisme basque, mais que les séparatistes veulent annexer. Baptisée "territorialité", la revendication territoriale indépendantiste englobe une "Patrie basque", l'Euskal Herria, comprenant le Pays basque espagnol, la Navarre et le Pays basque français; ndlr].

"Il était établi que la législation en vigueur ne limiterait pas la volonté du peuple basque" précise Gara. Le quotidien ajoute que l'exécutif de M. Zapatero aurait accepté que ne soient pas effectuées d'arrestations par la garde civile, la police espagnole, l'Ertzaintza [police basque] ni par la police française et que soit réduite la présence policière.

Toujours dans le cadre des mêmes promesses qu'aurait faites Madrid à l'ETA, "les organisations de la gauche patriote" devaient pouvoir "réaliser leur travail politique sur un pied d'égalité" [point qui concerne notamment la vitrine politique de l'ETA, le parti Batasuna, hors-la-loi depuis 2003 quoique publiquement très actif].

José Maria Aznar avait clairement rejeté les revendications fondamentales de l'ETA

Dressé par l'ETA et publié une seconde fois le 7 mars 2006 par le même journal Gara, un acte quasi notarial et non contesté de l'unique et inutile rencontre, en mai 1999 en Suisse, des indépendantistes avec des émissaires du gouvernement conservateur de José Maria Aznar montrait clairement que les revendications d'autodétermination et d'annexion de la Navarre, fondamentales pour l'ETA, étaient alors rejetées par Madrid. "Le président [M. Aznar] ne peut pas assumer des engagements qui correspondent à l'Etat... Il n'a pas cette capacité législative" indiquaient à l'ETA trois émissaires gouvernementaux.

"Autodétermination" et "territorialité" apparaissent explicitement ou implicitement dans tous les derniers communiqués de l'ETA, y compris celui qui ouvrit officiellement le processus dit de paix en annonçant le 22 mars 2006 un "cessez-le-feu permanent". José Luis Rodriguez Zapatero aurait donc accepté de lancer et de poursuivre avec l'ETA, jusqu'à l'attentat du 30 décembre, un dialogue basé sur les prémices polémiques rejetées par José Maria Aznar, auquel Mariano Rajoy a succédé à la présidence du Parti Populaire (PP).

M. Zapatero nie tout engagement à l'égard de l'ETA. Il n'empêche que la diffusion de ses prétendus "engagements" anticonstitutionnels, véridiques ou inventés, ajoutée aux circonstances polémiques de sa victoire inattendue aux législatives du 14 mars 2004, dans l'émotion des attentats de Madrid (191 morts et quelque 1.900 blessés) perpétrés trois jours plus tôt par des islamistes, compliquent la tâche de rassembleur que le chef du gouvernement prétend désormais assumer contre le terrorisme. Et que le "grand consensus" national de M. Zapatero s'étende aussi aux partis nationalistes dits "modérés" de la Catalogne, du Pays basque et de la Galice ne facilite rien aux yeux du PP, car ces partis ont à des degrés divers une ambition indépendantiste.

M. Rajoy et son PP estiment légitime de douter qu'on puisse lutter efficacement contre les indépendantistes violents de l'ETA en s'alliant à d'autres indépendantistes, en principe "modérés" mais partisans de la poursuite du dialogue avec les violents. Soupçonnant José Luis Rodriguez Zapatero de ne pas avoir brisé définitivement les ponts avec l'ETA, Mariano Rajoy l'invite à en revenir au Pacte antiterroriste signé en 2000 uniquement par les socialistes et le PP. Mais les socialistes ont trop besoin des nationalistes pour conforter leur majorité parlementaire relative étriquée.

La solution? Des élections législatives anticipées répondent plusieurs analystes politiques espagnols. M. Zapatero prétend néanmoins épuiser la législature, qui peut encore courir sur 14 ou 15 mois. Si l'ETA le permet...

 version imprimable
Vous pouvez réagir à cet article sur notre forum


ARTICLES ET DOSSIERS LIÉS
Espagne - Médiocres : pas d'unité pour manifester contre ETA
"Engagements" dont l'ETA veut le respect par M. Zapatero pour ne plus frapper
Attentat aéroport: points clés revendication ETA, qui dit maintenir sa trêve... et menace
Zapatero et terrorisme de l'ETA : retour au km zéro, la crédibilité en moins
Dossier Pays basque-ETA
Dossier Espagne


VOIR AUSSI
  • Médiocres face à l'ETA
  • ETA:"engagements" Zapatero
  • ETA assume attentat aéroport
  • Terrorisme-ETA: retour au km 0
  • Dossier Pays basque-ETA
  • Dossier Espagne
  • REPRODUCTION
    Le texte de cet article peut être reproduit à 2 conditions:

    1 Attribution claire à son auteur et à LatinReporters.com

    2 Lien actif sur le mot LatinReporters.com

    L'affichage de ce logo
    serait aussi apprécié
    PAYS
  • Argentine
  • Bolivie
  • Brésil
  • Chili
  • Colombie
  • Costa Rica
  • Cuba
  • Equateur
  • Espagne
  • Guatemala
  • Haïti
  • Honduras
  • Mexique
  • Nicaragua
  • Panama
  • Paraguay
  • Pérou
  • Porto Rico
  • R.dominicaine
  • Salvador
  • Uruguay
  • Venezuela
  • DOSSIERS
  • Tous les titres
  • Alliance des Civilisations
  • Pays basque-ETA
  • Europe-Amér. latine
  • Espagne-UE
  • Gibraltar
  • Letizia-prince Felipe
  • Irak
  • Droits de l'homme
  • Ingrid Betancourt
  • Terrorisme international
  • Globalisation
  • Immigration
  • Peuples autochtones
  • Dollarisation
  • Drogue
  • NOUS CONTACTER
  • Rédaction
  • Christian Galloy directeur
  • (00 34) 917 155 469
  • (00 34) 610 686 761
  • Publicité - Références
  • SERVICE RADIO
    Nous fournissons aux radios des billets audios sous la signature et l'angle souhaités.

      Accueil   |  Politique   |  Economie   |  Multimédia   |  Société   |  Pays+dossiers   |  Flashs   |  Titres   | Forum 

    © LatinReporters.com - Amérique latine - Espagne
    Le texte de cet article peut être reproduit s'il est clairement attribué à son auteur et
    à LatinReporters.com avec lien actif sur le mot LatinReporters.com