Accueil  | Politique  | Economie  | Multimédia  | Société  | Pays+dossiers  | Flashs  | Titres  | Forum 
VOIR AUSSI
Google
 
Web LatinReporters.com
Espagne: 76,7% de "oui" à la Constitution de l'UE, mais l'abstention est un signal d'alarme

Le socialiste Zapatero satisfait. Le "oui" l'a emporté. Mais,...
Photo Inma Mesa-PSOE
par Christian Galloy
Analyste politique
Directeur de LatinReporters.com


MADRID, lundi 21 février 2005 (LatinReporters.com) - Malgré une abstention record de 57,68% -un signal d'alarme pour l'Union européenne (UE)- le triomphe du "oui" (76,73%) au référendum de dimanche entraînera la ratification de la Constitution européenne par l'Espagne. Conséquence essentielle: le processus européen de ratification constitutionnelle -il faut le "oui" unanime des 25 pays de l'UE- reste sur les rails.


L'Espagne était le premier pays à soumettre à référendum le projet constitutionnel européen, déjà ratifié par voie parlementaire par la Lituanie, la Hongrie et la Slovénie. Consultatif, le référendum espagnol débouchera aussi sur une ratification parlementaire.

Le "oui" l'a emporté par 76,73 % des suffrages, contre 17,24% de "non" et 6,03% de bulletins blancs. Le "oui" et surtout la participation au vote étaient prônés par le Parti socialiste ouvrier espagnol (PSOE) du président du gouvernement, José Luis Rodriguez Zapatero, par le Parti populaire (PP, opposition conservatrice) et par l'aile modérée du nationalisme basque et catalan, soit par des partis représentant 90% de l'électorat.

Mais à peine 42,32% des 34,6 millions d'électeurs espagnols ont pris le chemin des urnes pour répondre à la question "Approuvez-vous le Traité établissant une Constitution pour l'Europe?" ("Aprueba usted el Tratado por el que se establece una Constitución para Europa?").

Les indépendantismes périphériques ont renforcé le "non"

Cette participation est la plus faible de l'histoire de la démocratie espagnole. Il s'agit d'un "échec personnel" du socialiste Zapatero estime le conservateur Mariano Rajoy, président du PP. Le chef de l'opposition reproche au dirigeant socialiste "d'avoir voulu être le premier en Europe [à organiser un référendum sur la Constitution de l'UE] pour des raisons partisanes", sans se soucier de la préparation nécessaire à un tel référendum.

Quelque six millions d'exemplaires du projet constitutionnel européen (sans ses annexes) et des millions de dépliants explicatifs avaient néanmoins été distribués gratuitement plusieurs semaines avant le scrutin.

Comme la presse espagnole, Mariano Rajoy rappelle que les principaux défenseurs du "non" étaient les deux alliés parlementaires actuels des socialistes de M. Zapatero: les écolos-communistes de la Gauche unie (IU) et les indépendantistes républicains catalans (ERC). Ce paradoxe pourrait avoir troublé un certain nombre d'électeurs.

Le coordinateur général de la Gauche unie, Gaspar Llamazares, estime que la somme des "non" et des abstentions "prive le processus constitutionnel européen de légitimité et de crédibilité tant en Espagne qu'en Europe".

Le "non" à la Constitution européenne a presque doublé la moyenne nationale au Pays basque (33,66%), en Navarre (29,22%) et en Catalogne (28,07%). Les problèmes liés aux indépendantismes périphériques qui agitent l'Espagne et qui reprochent à l'UE d'ignorer "les peuples d'Europe" et leur "droit à l'autodétermination" viennent ainsi de bénéficier d'une projection internationale que Bruxelles ne pourra pas ignorer.

Les "non" sont aussi relativement élevés dans la région de Madrid (19,39%). Le secrétaire à l'Organisation du PSOE, José Blanco, numéro deux apparent du parti de M. Zapatero, affirme que dans des quartiers de Madrid où les conservateurs du PP sont très implantés, le "non" frôlerait et même surpasserait parfois 30%. Des secteurs radicaux du PP auraient ainsi utilisé le référendum pour émettre un vote-sanction contre le gouvernement socialiste de M. Zapatero.

"Nous avons construit un pan d'histoire en Europe" ("Hemos hecho historia en Europa") clame pour sa part José Luis Rodriguez Zapatero. Selon lui, "nous [les Espagnols] avons eu l'honneur de voter la première Constitution de l'histoire de l'Europe... Cela rend l'Espagne plus forte en Europe et cela rend l'Europe plus forte aussi... Nous avons envoyé [par la victoire du "oui"] un message au reste des citoyens européens. Nous les invitons à suivre le chemin que nous venons de tracer".

Signal d'alarme, mais "Bravo et merci les Espagnols!"

Des responsables socialistes attribuent une part de l'abstention à la tiédeur supposée des conservateurs à défendre le "oui". Les mêmes responsables et des éditorialistes, pas nécessairement favorables d'ordinaire à M. Zapatero, relèvent par ailleurs que 42% de participation au référendum signifie à peine trois points de moins qu'aux élections européennes de 2004 en Espagne. Or, ces élections, ouvertes à la lutte entre partis, étaient plus conflictuelles et donc plus mobilisatrices qu'un référendum sur l'adhésion largement consensuelle au projet constitutionnel de l'UE.

En outre, toujours selon les socialistes, une participation de 42% correspondrait à la moyenne européenne lors de scrutins concernant l'Europe. L´éditorialiste de l'influent quotidien madrilène El Pais, très proche de M. Zapatero, regrette à ce propos "la réalité crue d'une Europe toujours considérée par de nombreux électeurs comme une entité politique et institutionnelle éloignée de leurs intérêts directs, quoique la réalité soit autre".

Autrement dit, au-delà de motifs propres aux Espagnols, l'abstention massive au référendum de dimanche pourrait servir de signal d'alarme à l'UE. Elle devrait populariser davantage son image.

Le président français Jacques Chirac a qualifié le "oui" espagnol de "symbole fort" montrant "le chemin aux autres pays qui ratifieront le traité [constitutionnel européen]". "L'impact positif" du vote espagnol sur les autres pays de l'UE est également souligné par le président de la Commission européenne, le Portugais José Manuel Durao Barroso.

Les 25 pays de l'UE doivent ratifier la Constitution européenne avant qu'elle n'entre en vigueur à la date prévue du 1er novembre 2006. La voie référendaire concerne dix pays: Espagne, France, Portugal, Irlande, Danemark, Royaume-Uni, Pays-Bas, Luxembourg, Pologne et République tchèque. Le référendum portugais aura lieu en avril et le français en mai ou juin prochain.

L'un des principaux pères du projet constitutionnel européen, l'ex-président français Valéry Giscard d'Estaing, s'est écrié: "Bravo et merci les Espagnols!"

Vous pouvez réagir à cet article sur notre forum


ARTICLES ET DOSSIERS LIÉS
 L'Espagne dira "oui" plus à l'UE qu'à sa Constitution, mais gare à l'abstention
 Chirac, Zapatero, Constitution européenne et inciviques présumés
 Espagne-référendum Constitution UE: l'Eglise légitime l'abstention
 Dossier Espagne-UE
 Dossier Espagne
 Traité établissant une Constitution pour l'Europe
 Tous les titres


  • Dossier Espagne-UE
  • Dossier Espagne
  • Traité établissant une Constitution pour l'Europe
  • REPRODUCTION LIBRE
    © LatinReporters.com

    Le texte de cet article peut être reproduit librement, partiellement ou intégralement, à 2 conditions:

    1 Attribution claire à l'auteur et à LatinReporters.com

    2 Lien actif vers notre site sur le mot LatinReporters.com
    PAYS
  • Argentine
  • Bolivie
  • Brésil
  • Chili
  • Colombie
  • Costa Rica
  • Cuba
  • Equateur
  • Espagne
  • Guatemala
  • Haïti
  • Honduras
  • Mexique
  • Nicaragua
  • Panama
  • Paraguay
  • Pérou
  • Porto Rico
  • R.dominicaine
  • Salvador
  • Uruguay
  • Venezuela
  • DOSSIERS
  • Tous les titres
  • Pays basque-ETA
  • Europe-Amér. latine
  • Espagne-UE
  • Gibraltar
  • Letizia-prince Felipe
  • Irak
  • Droits de l'homme
  • Ingrid Betancourt
  • Terrorisme international
  • Globalisation
  • Immigration
  • Peuples autochtones
  • Dollarisation
  • Drogue
  • NOUS CONTACTER
  • Rédaction
  • Christian Galloy directeur
  • (00 34) 917 155 469
  • (00 34) 610 686 761
  • Publicité - Références
  • SERVICE RADIO
    Nous fournissons aux radios des billets audios sous la signature et l'angle souhaités.

      Accueil   |  Politique   |  Economie   |  Multimédia   |  Société   |  Pays+dossiers   |  Flashs   |  Titres   | Forum 

    © LatinReporters.com - Amérique latine - Espagne
    Le texte de cet article peut être reproduit s'il est attribué, avec lien, à son auteur et à LatinReporters.com