Accueil  | Politique  | Economie  | Multimédia  | Société  | Pays+dossiers  | Flashs  | Titres  |Communiqués
  version imprimable
Google
 
Web LatinReporters.com
Le président basque repart l'offensive avant les législatives
Ibarretxe défie l'Espagne : référendum souverainiste au Pays basque en 2008

MADRID, samedi 29 septembre 2007 (LatinReporters) - L'intention du président basque Juan José Ibarretxe était connue, mais en lui fixant une date il a mis vendredi l'Espagne en émoi: le 25 octobre 2008 une "consultation", euphémisme pour un référendum illégal, permettrait aux Basques d'ouvrir une voie souverainiste.

Juan José Ibarrexte, du Parti nationaliste basque (PNV), est le président du gouvernement régional basque depuis 1999 - Photo ibarretxe.com

Cette première étape serait suivie en 2010 d'un "référendum résolutif" (toujours illégal, mais cette fois le mot est utilisé) qui concrétiserait pour les Basques "l'exercice du droit à décider librement de notre propre futur", autre euphémisme signifiant autodétermination.

L'illégalité découle de la Constitution espagnole. Elle réserve exclusivement à l'Etat "l'autorisation de convoquer les électeurs à des consultations populaires par voie de référendum" (article 149/1/32).

Exposant sa "feuille de route" à la tribune du Parlement régional basque, M. Ibarretxe a démontré que si son Parti nationaliste basque (PNV) est modéré dans les moyens, puisqu'il condamne la violence, il l'est nettement moins par ses ambitions, qui rejoignent à long terme, l'idéologie marxiste en moins, celles des terroristes séparatistes de l'ETA.

Déjà connu pour son "Plan Ibarretxe", projet souverainiste de libre association entre égaux avec l'Espagne, adopté le 30 décembre 2004 au Parlement basque, mais rejeté un mois plus tard par le Congrès espagnol des députés, le lehendakari (président basque) reprend donc le flambeau de la contestation identitaire. A moins de six mois des élections législatives espagnoles de mars 2008, le PNV redevient le phare de la politique basque après l'échec des longues négociations dites de paix entre l'ETA et le gouvernement socialiste espagnol de José Luis Rodriguez Zapatero.

La "feuille de route" de Juan José Ibarretxe démarre sur "l'offre institutionnelle de conclure un pacte politique entre l'Euskadi (Pays basque) et l'Espagne". Ce pacte devrait contenir l'engagement de "respecter la volonté de la société basque et d'incorporer à l'ordre juridique cette reconnaissance et son exercice".

La "consultation" populaire fixée au 25 octobre 2008 viserait soit à ratifier ce pacte, soit, en cas de refus (déjà annoncé) de Madrid, à donner mandat "à toutes les forces politiques basques" de négocier entre elles un accord sur "l'exercice du droit à décider".

Enfin, au second semestre 2010, un "référendum résolutif" matérialiserait l'exercice effectif "du droit à décider librement de notre futur", sur la base d'options et de modalités définies entre Basques ou avec une Espagne qui aurait accepté le pacte initial.

Et l'ETA? Elle devrait, selon M. Ibarretxe, négocier avec le gouvernement espagnol "la fin définitive de la violence", laissant "les décisions politiques correspondantes aux représentants politiques basques". Le lehendakari estime en outre qu'après un succès du "référendum résolutif" de 2010, "l'ETA serait obligée, par décision populaire, à manifester sans équivoque, de manière crédible et démontrable, sa volonté de mettre fin à la lutte armée".

Ce nouvel échafaudage souverainiste de Juan José Ibarretxe est pour le moins confus et dilué sur le long terme. Mais le flou et la patience du PNV sont probablement des ingrédients du pouvoir qu'il exerce depuis un quart de siècle au Pays basque.

Le lehendakari a confirmé la caducité de son ancienne promesse de ne pas convoquer de référendum tant que l'ETA n'aura pas déposé les armes. "Nous ne pouvons pas nous réfugier dans la violence de l'ETA pour continuer à nier à notre société son droit à décider" a-t-il argumenté. Ce retournement explique la décision de Josu Jon Imaz, actuel président du PNV, de ne pas briguer le renouvellement de son mandat à la tête du parti en décembre prochain. Il s'opposait à l'annonce d'un référendum, redoutant que le refus attendu de Madrid ne serve de prétexte à l'ETA pour intensifier et justifier ses attentats.

En conférence de presse, vendredi aux côtés du président russe Vladimir Poutine qui le recevait à Sotchi, au bord de la mer Noire, José Luis Rodriguez Zapatero a aussitôt refroidi les espoirs de Juan José Ibarretxe: "Rien ne peut se faire sans respecter la Constitution, les lois et l'Etat de droit" a dit le chef du gouvernement espagnol.

Mais en Catalogne, Josep-Lluis Carod-Rovira, leader de la Gauche républicaine catalane au pouvoir dans la région avec les socialistes et soutien à Madrid de la majorité seulement relative de M. Zapatero, a approuvé le président basque et réitéré que les Catalans devraient eux aussi exercer leur droit à l'autodétermination.

Le chef de l'opposition de droite, Mariano Rajoy, président du Parti populaire (PP), a beau jeu d'en déduire que "Zapatero est débordé par le radicalisme de certains de ses alliés". Le porte-parole parlementaire du PP, Eduardo Zaplana, ajoute que "l'offensive nationaliste sans précédent" serait imputable à M. Zapatero, qui "récolte ce qu'il a semé".

"L'Espagne plurielle" à laquelle aspirait le dirigeant socialiste, ses concessions à la Catalogne et sa longue et vaine négociation avec l'ETA semblent avoir revigoré les forces centrifuges au lieu de les canaliser. Le roi Juan Carlos et sa famille sont insultés et brûlés en effigie sur des places publiques en Catalogne. Comme au Pays basque et à défaut d'indépendance, des élus y revendiquent "la troisième République". La seconde fut écrasée par Franco, initiateur de la restauration monarchique.

Alors que l'Espagne est déjà en précampagne pour les législatives de mars 2008, le sentiment de dégradation institutionnelle est de l'eau bénite pour le moulin électoral du PP de Mariano Rajoy. Pour peu, il se présenterait en sauveur. Son patriotisme exacerbé alimente pourtant aussi les nationalismes périphériques. Ce cercle vicieux nourrit l'impression pessimiste qu'après avoir facilité la transition entre dictature franquiste et démocratie, les autonomies régionales sont désormais des facteurs d'instabilité.

DOCUMENT . pdf
Texte, en basque et en espagnol, du discours du président basque Juan José Ibarretxe prononcé au Parlement régional le 28 septembre 2007. La "feuille de route" (hoja de ruta) souverainiste apparaît dans le texte espagnol aux pages 60 à 63.

 version imprimable
Réagissez sur notre forum en rappelant titre et date de l'article


ARTICLES ET DOSSIERS LIÉS
Dossier Pays basque - ETA
Dossier ESPAGNE


VOIR AUSSI
  • Dossier Pays basque - ETA
  • Dossier ESPAGNE
  • REPRODUCTION
    Le texte de cet article peut être reproduit à 2 conditions:

    1. Attribution claire à LatinReporters.com

    2. Lien actif sur le mot LatinReporters.com

    L'affichage de ce logo
    serait aussi apprécié
    PAYS
  • Argentine
  • Bolivie
  • Brésil
  • Chili
  • Colombie
  • Costa Rica
  • Cuba
  • Equateur
  • Espagne
  • Guatemala
  • Haïti
  • Honduras
  • Mexique
  • Nicaragua
  • Panama
  • Paraguay
  • Pérou
  • Porto Rico
  • R.dominicaine
  • Salvador
  • Uruguay
  • Venezuela
  • DOSSIERS
  • Tous les titres
  • Pays basque-ETA
  • Europe-Amérique latine
  • Espagne-UE
  • Gibraltar
  • Letizia-prince Felipe
  • Irak
  • Droits de l'homme
  • Ingrid Betancourt
  • Terrorisme international
  • Globalisation
  • Immigration
  • Peuples autochtones
  • Dollarisation
  • Drogue
  • NOUS CONTACTER
  • Rédaction
  • Christian Galloy directeur
  • (00 34) 917 155 469
  • (00 34) 610 686 761
  • Publicité - Références
  • SERVICE RADIO
    Nous fournissons aux radios des reportages et analyses audio sous l'angle et la signature souhaités.

      Accueil   |  Politique   |  Economie   |  Multimédia   |  Société   |  Pays+dossiers   |  Flashs   | Titres  | Forum 

    © LatinReporters.com - Amérique latine - Espagne
    Le texte de cet article peut être reproduit s'il est attribué, avec lien, à LatinReporters.com