Accueil  | Politique  | Economie  | Multimédia  | Société  | Pays+dossiers  | Flashs  | Titres  | Forum 
VOIR AUSSI
Google
 
Web LatinReporters.com
Des centaines de milliers de clandestins n'en bénéficieront pas
Espagne: régularisation record de près de 700.000 étrangers sans-papiers

Pique-nique d'immigrés équatoriens dans un parc de Madrid
Photo LatinReporters.com
par Christian Galloy
Analyste politique, directeur de LatinReporters.com

MADRID, lundi 9 mai 2005 (LatinReporters.com) - La régularisation en Espagne de près de 700.000 étrangers sans-papiers a été sollicitée par leurs employeurs, lors d'une période de trois mois clôturée samedi. Des centaines de milliers de clandestins sont restés en marge du processus. Le gouvernement socialiste de José Luis Rodriguez Zapatero parle de succès sans précédent en Europe, mais les ONG (organisations non gouvernementales) critiquent le caractère trop sélectif de la régularisation.


Le chiffre officiel diffusé lundi est de 690.679 demandes de régularisation. Selon le ministre espagnol du Travail, le socialiste Jesus Caldera, l'opération engloberait ainsi plus de 80% des travailleurs étrangers clandestins, dont il estime le nombre à 800.000. (Mais beaucoup d'illégaux n'ont pas d'emploi). A peine 3,15% des demandes ont été rejetées.

Cette régularisation massive serait un nouveau record européen si elle surpassait la légalisation d'également près de 700.000 clandestins en 2003 en Italie. Le ministre Caldera y voit déjà "le plus vaste processus d'affleurement d'économie souterraine en Europe au cours des 40 ou 50 dernières années".

Régularisation moins humanitaire qu'économique

Avalisés impérativement par une preuve de résidence en Espagne antérieure au 7 août 2004, par un extrait de casier judiciaire vierge et surtout par un contrat de travail d'au moins six mois (trois mois dans l'agriculture), tous les dossiers de régularisation, présentés obligatoirement par des employeurs, concernent exclusivement des étrangers qui travaillaient au noir en Espagne.

Les chômeurs sont exclus de cette régularisation moins humanitaire qu'économique. La hausse attendue des rentrées fiscales et la consolidation de la sécurité sociale étaient des objectifs proclamés par le gouvernement socialiste espagnol en faisant éclater l'immense poche de travail clandestin avec la collaboration des syndicats et d'employeurs implicitement amnistiés.

Parmi les 690.679 candidats à la régularisation, les plus nombreux sont les Equatoriens (20,33%), les Roumains (17,22%), les Marocains (12,51%) et les Colombiens (8,24%), suivis, dans l'ordre, des Boliviens, des Bulgares, des Argentins, des Ukrainiens, des Pakistanais, des Chinois, etc.

Leurs contrats de travail relèvent principalement du secteur des gens de maison (domestiques, nurses, gardes-malades, etc., 31,67%), de la construction (20,76%), de l'agriculture et élevage (14,61%), de l'hôtellerie (10,36%) et du commerce de détail (4,77%).

Sur 3,7 millions d'étrangers en Espagne, soit 8,4% de la population, on comptait au 1er janvier 1.714.256 sans-papiers en recoupant les données du ministère de l'Intérieur et de l'Institut national espagnol de statistique (INE). La régularisation de près de 700.000 en laisserait donc sur le carreau au moins un million menacés d'expulsion estiment les conservateurs du Parti populaire (PP, premier parti de l'opposition).

Même si on exclut des statistiques les citoyens de l'Union européenne (UE) résidant en Espagne sans autorisation expresse de séjour, les immigrés clandestins seraient encore environ 700.000, soit autant que ceux en voie de régularisation.

C'est le calcul de SOS-Racisme et de la majorité des ONG espagnoles. Elles s'indignent de l'insuffisance d'une régularisation trop sélective à leurs yeux. Le ministre Caldera réplique que le bénéfice du processus s'étendra aussi à quelque 400.000 enfants, conjoints et parents des près de 700.000 étrangers qui vont être probablement légalisés. (Pour autant que leurs employeurs les inscrivent effectivement à la sécurité sociale dans le délai d'un mois). Jesus Caldera ne précise pas si ces 400.000 enfants, conjoints et parents sont déjà ou non en Espagne.

Effet d'appel et inquiétudes européennes

Le Parti populaire souligne par ailleurs l'avalanche d'immigrants due ces derniers mois en Espagne à l'effet d'appel de cette régularisation annoncée trop tôt, en août 2004, six mois avant son ouverture effective.

La présidente de l'INE, Carmen Alcaide, évaluait fin avril à 200.000 l'avalanche de nouveaux immigrants au cours du premier trimestre 2005 en Espagne. Aucune statistique officielle ne les comptabilise actuellement. Le ministre du Travail prétend, lui, n'avoir constaté aucun effet d'appel. Pourtant, rien qu'en 2004 et toujours selon l'INE, le nombre d'étrangers s'est accru de 657.200 en Espagne.

L'Allemagne et les Pays-Bas ont ouvertement reproché au gouvernement de Madrid de ne pas avoir tenu compte des efforts de coordination en matière d'immigration au sein de l'Union européenne. L'inquiétude dans plusieurs capitales est d'autant plus grande que les bénéficiaires de la régularisation espagnole vont en principe pouvoir circuler au sein de l'UE.

Le ministre Caldera affirme que cette régularisation est la dernière. Elle est néanmoins la 6e lancée en Espagne en 20 ans. Dans un rapport intitulé "La régulation de l'immigration en Europe", diffusé le 4 mai à Barcelone par la Fondation La Caixa, des professeurs de huit universités européennes estiment que "la multiplication des régularisations extraordinaires ces dernières années en Espagne a propagé l'idée que les voies légales pour y résider et y travailler sont secondaires" et que "l'important est d'entrer dans le pays, puisqu'après on finira par obtenir tous les permis".

Vous pouvez réagir à cet article sur notre forum



ARTICLES ET DOSSIERS LIÉS

 Espagne-immigration: taux d'étrangers plus élevé qu'en France
 Espagne: régularisation d'immigrés parmi les plus massives en Europe
 L'Espagne, nº1 de l'immigration en Europe
 Dossier Emigration-Immigration
 Dossier Espagne
 Dossier Economie
 Tous les titres


Espagne-immigration: taux d'étrangers plus élevé qu'en France
Espagne: régularisation d'immigrés parmi les plus massives en Europe
L'Espagne, nº1 de l'immigration en Europe
Dossier Espagne
Dossier Immigration
REPRODUCTION
© LatinReporters.com

Le texte de cet article peut être reproduit à 2 conditions:

1 Attribution claire à son auteur et à LatinReporters.com

2 Lien actif sur le mot LatinReporters.com
PAYS
  • Argentine
  • Bolivie
  • Brésil
  • Chili
  • Colombie
  • Costa Rica
  • Cuba
  • Equateur
  • Espagne
  • Guatemala
  • Haïti
  • Honduras
  • Mexique
  • Nicaragua
  • Panama
  • Paraguay
  • Pérou
  • Porto Rico
  • R.dominicaine
  • Salvador
  • Uruguay
  • Venezuela
  • DOSSIERS
  • Tous les titres
  • Pays basque-ETA
  • Europe-Amér. latine
  • Espagne-UE
  • Gibraltar
  • Letizia-prince Felipe
  • Irak
  • Droits de l'homme
  • Ingrid Betancourt
  • Guerre antiterroriste
  • Globalisation
  • Immigration
  • Peuples autochtones
  • Dollarisation
  • Drogue
  • NOUS CONTACTER
  • Rédaction
  • Christian Galloy directeur
  • (00 34) 917 155 469
  • (00 34) 610 686 761
  • Publicité - Références
  • SERVICE RADIO
    Nous fournissons aux radios des billets audios sous la signature et l'angle souhaités.

      Accueil   |  Politique   |  Economie   |  Multimédia   |  Société   |  Pays+dossiers   |  Flashs   |  Titres   | Forum 

    © LatinReporters.com - Amérique latine - Espagne
    Le texte de cet article peut être reproduit s'il est clairement attribué à son auteur et à LatinReporters.com avec lien actif sur le mot LatinReporters.com