Accueil  | Politique  | Economie  | Multimédia  | Société  | Pays+dossiers  | Flashs  | Titres  |Communiqués
Google
 
Web LatinReporters.com
Vers la nationalisation des hydrocarbures et la dépénalisation de la coca
Bolivie-élections: Amérindien et anti-impérialiste, Evo Morales favori de la présidentielle

Evo Morales: sceptre du pouvoir indien et casque du pouvoir ouvrier
Photo MAS
par Angel Mendez Cerezo

LA PAZ, samedi 17 décembre 2005 (LatinReporters.com) - Poncho contre veston-cravate, coca contre répression antidrogue, majorité indienne contre domination blanche, nationalisation des hydrocarbures contre pouvoir des multinationales, "peuple travailleur" contre "impérialisme américain"... Les élections de dimanche en Bolivie résument tous les combats. Favori de la présidentielle, Evo Morales pourrait être le premier chef d'Etat amérindien de ce pays.


Lors de ce scrutin anticipé pour tenter de mettre fin aux troubles intérieurs, plus de 3,6 millions de Boliviens inscrits sur les listes électorales doivent élire leurs président et vice-président, les 157 députés et sénateurs, ainsi que les gouverneurs des neuf départements, élus pour la première fois au suffrage universel. Le nouveau président bolivien sera le 4e depuis 2002.

Malgré ses grandes potentialités énergétiques, la Bolivie est le plus pauvre des pays sud-américains, avec un PIB de 900 dollars par habitant en 2004. Quelque 63% des 9 millions de Boliviens vivent sous le seuil de pauvreté.

Si la victoire d'Evo Morales à la présidentielle se confirmait, la Bolivie et ses réserves de gaz naturel, les plus importantes d'Amérique du Sud après celles du Venezuela, risqueraient de passer dans le camp de la "révolution bolivarienne" lancée par le président vénézuélien Hugo Chavez avec l'appui du cubain Fidel Castro.

L'influence conjuguée de la Bolivie et du Venezuela, les deux puissances gazo-pétrolières du sous-continent, pourrait favoriser la montée, déjà sensible, de la gauche et de l'antiaméricanisme dans une région dont les principaux pays, le Brésil et l'Argentine, souffrent comme d'autres d'un déficit énergétique.

Evo Morales: meeting électoral à Huanuni - Photo MAS
L'élection d'un président amérindien en Bolivie aurait en outre des répercussions politiques dans les autres pays andins à forte composante indienne, Pérou et Equateur, où des élections présidentielles et législatives auront lieu en 2006.

"Affronter l'impérialisme nord-américain"

"Le moment est venu de rendre au peuple son pouvoir et sa dignité, d'enterrer la corruption du néolibéralisme, de nationaliser les pouvoirs exécutif, législatif et judiciaire afin de nationaliser aussi les ressources naturelles" clamait cette semaine Evo Morales dans sa citadelle de Cochabamba, devant une foule de sympathisants brandissant des drapeaux arc-en-ciel du pouvoir indien et des portraits d'Ernesto "Che" Guevara.

Il avait dit la même chose deux jours plus tôt sur la Plaza Villarroel de La Paz, ajoutant alors: "Nous allons affronter l'impérialisme nord-américain. Nous sommes les commandants de la libération de la Bolivie".

Le candidat d'Evo Morales à la vice-présidence, le sociologue et professeur d'université Alvaro Garcia Linera, avait auparavant planté ainsi le décor historique: "Après 513 ans de domination coloniale, 180 ans de discrimination républicaine et 20 ans de libéralisme néfaste, la nuit néolibérale va se fermer et la patrie renaîtra de la main de ses combattants, le peuple travailleur".

Cette vision indigéniste ne rassure pas la minorité blanche et métisse face à la montée en puissance des communautés autochtones (plus de 60% de la population). Avec sa peau pâle et son physique quasi suédois, Alvaro Garcia Linera confère néanmoins un caractère multiethnique à la candidature de l'Indien aymara au teint cuivré qu'est Evo Morales.

Candidat du Mouvement vers le socialisme (MAS), qu'il définit comme "instrument politique de la souveraineté des peuples", Evo Morales, 46 ans, est crédité dans le dernier sondage de 34,2% des intentions de vote.

Avec 27,7%, son principal adversaire est l'ex-président intérimaire (2001-2002) Jorge Quiroga, leader du Pouvoir démocratique et social (Podemos, droite libérale). Elégant ingénieur et administrateur d'entreprises de 45 ans, entré en politique de la main de l'ex-dictateur Hugo Banzer, Jorge Quiroga a été formé aux Etats-Unis. Il défend la signature avec Washington d'un traité de libre-échange et propose aux multinationales une renégociation, plus avantageuse pour la Bolivie, des contrats d'exploitation du gaz et du pétrole.

L'armée rompt son silence

Si aucun candidat présidentiel n'obtenait la majorité absolue dimanche, c'est au Parlement, par le vote des députés et sénateurs réunis, que devraient être départagés les deux candidats les mieux placés au premier tour. Cette disposition constitutionnelle n'écarte pas la possibilité d'une alliance parlementaire qui frustrerait de la victoire finale le vainqueur du premier tour.

Mais l'armée a bouleversé la donne constitutionnelle en rompant le silence qu'elle observait depuis le retour à démocratie, en 1982. Son commandant en chef, Marco Antonio Justiniano, a estimé que le vainqueur du premier tour, même sans majorité absolue, devrait recevoir l'écharpe présidentielle afin de garantir un climat de paix. Cet avis est partagé par le candidat conservateur et "roi du ciment" Samuel Doria Medina, 3e dans les sondages avec 8,9% des intentions de vote. Dans ces conditions, la présidence n'échappera que difficilement à Evo Morales. Ses partisans dominent la rue et l'un des plus notoires, le sénateur et dirigeant paysan Roman Loayza, a averti qu' Evo Morales sera président "de gré ou de force".

Mépriser la Constitution risquerait de renforcer les penchants sécessionistes des riches départements orientaux de Santa Cruz et de Tarija. Leur sous-sol renferme la quasi totalité des réserves boliviennes de gaz et de pétrole et la proportion amérindienne de leur population est très inférieure à celle de l'Occident andin. A Santa Cruz, la popularité d'Evo Morales n'est que de 13,8%, mais celle de Jorge Quiroga grimpe à 40,3%.

Evo Morales avait créé la surprise en se classant second de la présidentielle de 2002, talonnant le multimillionnaire pro-américain Gonzalo Sanchez de Lozada, chassé de la présidence en octobre 2003 par la "guerre du gaz". La Bolivie fut alors paralysée par des ouvriers, des mineurs et des paysans, essentiellement d'origine indienne et menés notamment par Evo Morales, qui s'opposaient à l'exportation de gaz naturel bolivien vers l'Amérique du Nord via un port chilien. Le Chili, "ennemi historique", s'est approprié la façade maritime de la Bolivie, qui revendique sa restitution au moins partielle, lors de la Guerre du Pacifique (1879-1883). Le président vénézuélien Hugo Chavez soutient la revendication bolivienne.

La poursuite de mobilisations populaires en faveur de la nationalisation du gaz et du pétrole forcèrent, en juin dernier, la démission du président Carlos Mesa (vice-président de Gonzalo Sanchez de Lozada, il lui avait succédé) et son remplacement par l'actuel président intérimaire Eduardo Rodriguez (ex-président de la Cour suprême de Justice, il plane théoriquement au-dessus de la mêlée partisane).

Dépénaliser la coca

Manuel Rocha, à l'époque ambassadeur des Etats-Unis, avait averti publiquement à la veille de la présidentielle de 2002 que Washington pourrait supprimer son aide à la Bolivie si elle était "dirigée par des gens qui ont bénéficié du narcotrafic". La plupart des analystes estiment que cette menace destinée à torpiller la candidature d'Evo Morales a donné au leader indien l'envergure politique qui le met aujourd'hui aux portes de la présidence.

Leader syndical des cocaleros, cultivateurs de la coca dont les feuilles fournissent la cocaïne, Evo Morales prône la dépénalisation de cette culture ancestrale qui est la principale source de revenus de dizaines de milliers de paysans. Il rappelle que coca ne signifie pas nécessairement cocaïne et il prétend, sans convaincre ses adversaires, qu'il luttera contre le trafic de stupéfiants.

Les partisans du candidat présidentiel indien soulignent les propriétés médicinales et alimentaires de la coca. Mâcher la "feuille sacrée" permet de compenser la raréfaction de l'oxygène en altitude (La Paz est à 3.700 m au-dessus du niveau de la mer). Ils reprochent par ailleurs aux Etats-Unis de transformer la lutte contre la drogue en guerre extérieure, sans assumer la responsabilité de la consommation de cocaïne en Amérique du Nord, qui en est le principal marché. Le protectionnisme agricole américain et européen expliquerait en outre partiellement l'échec de l'implantation de cultures de substitution.

La Bolivie est le 3e producteur mondial de coca après la Colombie et le Pérou. La moitié des 28.000 hectares de coca recensés en juin en Bolivie se situent dans la région du Chapare, place forte d'Evo Morales. Des experts nord-américains estiment que 45% des récoltes servent à la production de cocaïne.

Vous pouvez réagir à cet article sur notre forum


ARTICLES ET DOSSIERS LIÉS
Dossier Bolivie


VOIR AUSSI
  • Dossier Bolivie
  • REPRODUCTION
    Le texte de cet article peut être reproduit à 2 conditions:

    1 Attribution claire à son auteur et à LatinReporters.com

    2 Lien actif sur le mot LatinReporters.com

    L'affichage de ce logo
    serait aussi apprécié
    PAYS
  • Argentine
  • Bolivie
  • Brésil
  • Chili
  • Colombie
  • Costa Rica
  • Cuba
  • Equateur
  • Espagne
  • Guatemala
  • Haïti
  • Honduras
  • Mexique
  • Nicaragua
  • Panama
  • Paraguay
  • Pérou
  • Porto Rico
  • R.dominicaine
  • Salvador
  • Uruguay
  • Venezuela
  • DOSSIERS
  • Tous les titres
  • Pays basque-ETA
  • Europe-Amér. latine
  • Espagne-UE
  • Gibraltar
  • Letizia-prince Felipe
  • Irak
  • Droits de l'homme
  • Ingrid Betancourt
  • Terrorisme international
  • Globalisation
  • Immigration
  • Peuples autochtones
  • Dollarisation
  • Drogue
  • NOUS CONTACTER
  • Rédaction
  • Christian Galloy directeur
  • (00 34) 917 155 469
  • (00 34) 610 686 761
  • Publicité - Références
  • SERVICE RADIO
    Nous fournissons aux radios des billets audios sous la signature et l'angle souhaités.

      Accueil   |  Politique   |  Economie   |  Multimédia   |  Société   |  Pays+dossiers   |  Flashs   |  Titres   | Forum 

    © LatinReporters.com - Amérique latine - Espagne
    Le texte de cet article peut être reproduit s'il est clairement attribué à son auteur et
    à LatinReporters.com avec lien actif sur le mot LatinReporters.com