Accueil  | Politique  | Economie  | Multimédia  | Société  | Pays+dossiers  | Flashs  | Titres  |Communiqués
  
Google
 
Web LatinReporters.com
UE - Cuba : invitation à Bruxelles en vue de renouer le dialogue politique

LUXEMBOURG, mardi 19 juin 2007 (LatinReporters.com) - Poussée par l'Espagne, l'Union européenne (UE) réduit sa sévérité à l'égard de la dictature castriste. Lors de la révision périodique de la position communautaire à l'égard de Cuba, le 18 juin à Luxembourg, les ministres des Relations extérieures des 27 pays de l'UE ont décidé d'inviter une délégation cubaine à Bruxelles pour évaluer la possibilité de renouer le dialogue politique.

Le ministre tchèque des Affaires étrangères, Karel Schwarzenberg (à droite), s'est montré à Luxembourg le plus hostile à la normalisation avec Cuba prônée par son homologue espagnol, Miguel Angel Moratinos (à gauche).
Photo Conseil de l'Union européenne

Pour des raisons historiques, idéologiques et économiques, l'Espagne socialiste de José Luis Rodriguez Zapatero est l'unique pays de l'UE ayant rétabli pleinement ce dialogue et ses relations avec Cuba, en avril dernier lors de la visite à La Havane du chef de la diplomatie espagnole, le ministre Miguel Angel Moratinos. Il évita toute rencontre avec les dissidents, attitude critiquée par la quasi totalité des éditorialistes madrilènes et, le 1er juin à Madrid, par la secrétaire d'Etat américaine Condoleezza Rice.

Mais lundi à l'issue du Conseil de Luxembourg, M. Moratinos jubilait, estimant que "l'Union européenne a appuyé la politique de dialogue impulsée par l'Espagne". Comme pour lui donner raison, les conclusions des ministres européens ne font plus mention des sanctions communautaires (les "mesures" dont parlait l'UE lors de Conseils précédents) appliquées à Cuba en juin 2003 après l'incarcération de 75 dissidents et l'exécution de trois Cubains qui avaient détourné une embarcation touristique pour tenter de gagner les Etats-Unis.

Le succès du ministre Moratinos est toutefois mitigé par l'échec de sa proposition de supprimer définitivement ces sanctions, maintenues dans l'ombre, mais pouvant théoriquement être réactivées le cas échéant. Elles sont officiellement "suspendues" depuis le 31 janvier 2005, à l'initiative déjà de l'Espagne socialiste et malgré l'opposition des principaux dissidents à cette première ouverture.

Les sanctions comprenaient la restriction des visites de haut niveau, une réduction de la participation européenne aux événements culturels cubains, ainsi que l'invitation de dissidents par les ambassades européennes lors de dates significatives.

La Grande-Bretagne, la Suède, la Pologne et surtout la République tchèque sont les plus hostiles à la normalisation des relations avec Cuba en l'absence d'avancées démocratiques sur l'île. Par contre, le dialogue prôné par l'Espagne est appuyé par la Grèce, Chypre, l'Italie et le Portugal.

Ainsi divisée, l'Union européenne, tout en exigeant la "libération inconditionnelle des prisonniers politiques" cubains, s'est montrée à Luxembourg plus ouverte à l'égard de la Havane. L'UE part de la constatation de l'existence d'une "situation nouvelle" à Cuba, le pouvoir y étant exercé par une direction collégiale conduite par Raul Castro depuis l'hospitalisation en juillet 2006 de son frère, le président Fidel Castro.



Texte intégral des conclusions du Conseil de l'UE (la comparaison avec les conclusions des Conseils du 12 juin 2006, du 13 juin 2005 et du 31 janvier 2005 permet de suivre l'évolution de la position communautaire):

CONSEIL DE L'UNION EUROPÉENNE
Conclusions du Conseil sur Cuba
2809ème session du Conseil RELATIONS EXTERIEURES
Luxembourg, le 18 juin 2007

Le Conseil a adopté les conclusions suivantes:

1. Bien que le régime politique, économique et social en vigueur à Cuba demeure en substance inchangé, le Conseil a pris acte de ce que Fidel Castro a, pour la première fois en quarante-huit ans, délégué temporairement le pouvoir à une direction collégiale conduite par son frère Raúl Castro, ce qui constitue une situation nouvelle. Le Conseil invite instamment le gouvernement cubain à entreprendre les réformes politiques et économiques nécessaires pour améliorer la vie quotidienne du peuple cubain.

2. L'UE s'intéresse de très près à l'évolution de la situation politique à Cuba, notamment celle des droits de l'homme. Le Conseil déplore qu'à cet égard, la situation n'ait pas fondamentalement changé, malgré une diminution du nombre de prisonniers politiques et des actes de harcèlement. Le gouvernement cubain continue de refuser à ses citoyens les droits et libertés civils, politiques et économiques qui sont reconnus au niveau international.
L'UE engage une fois de plus le gouvernement de Cuba, eu égard également à la qualité de membre du Conseil des droits de l'homme de ce pays, à libérer inconditionnellement tous les prisonniers politiques, et réaffirme que cette question revêt une très haute importance dans sa politique à l'égard de Cuba. En outre, l'UE lance à nouveau un appel au gouvernement cubain pour qu'il accorde la liberté d'information et d'expression, et l'invite à faire preuve de coopération dans ce domaine.

3. L'UE assure de sa solidarité et de son soutien constant tous ceux qui oeuvrent de manière pacifique pour la liberté, la démocratie et le respect des droits de l'homme universels.
Elle continuera à mener le dialogue engagé avec la société civile cubaine et à offrir à tous les secteurs de la société un soutien concret en faveur d'un changement pacifique à Cuba.
Le Conseil rappelle à cet égard la politique de soutien aux défenseurs des droits de l'homme dans le monde qu'applique l'UE conformément à ses orientations en la matière.

4. L'UE reconnaît le droit des citoyens cubains de décider par eux-mêmes de leur avenir et demeure disposée à contribuer de façon constructive à une évolution de la situation dans tous les secteurs de la société cubaine, y compris par des instruments de coopération au développement.

5. Tout en maintenant le dialogue intense qu'elle mène avec la société civile et l'opposition pacifique, l'UE serait disposée à reprendre un dialogue politique global et ouvert avec les autorités cubaines sur tous les sujets d'intérêt mutuel. Ce dialogue devrait concerner l'intégralité des domaines potentiels de coopération, incluant tant les questions politiques et des droits de l'homme que les sujets économiques, scientifiques et culturels. Il devrait s'engager sur une base réciproque et non discriminatoire. Dans le cadre de ce dialogue, l'UE exposera au gouvernement cubain son point de vue sur la démocratie, les droits de l'homme universels et les libertés fondamentales. Une délégation cubaine sera invitée à Bruxelles pour pressentir le gouvernement cubain sur ces questions.

 version imprimable
Vous pouvez réagir à cet article sur notre forum


ARTICLES ET DOSSIERS LIÉS
Cuba ne reconnaît "aucune autorité morale à l'Union européenne pour la juger"
Cuba juge "insuffisante" la "rectification" de l'Union européenne (UE)
Normalisation Cuba-Espagne : histoire, idéologie et realpolitik
Dossier Cuba
Dossier Europe - Amérique latine


VOIR AUSSI
  • Cuba gifle l'UE
  • Cuba juge "insuffisante"
          la "rectification" de l'UE
  • Normalisation Cuba-Espagne
  • Dossier Cuba
  • Dossier Europe - Amérique latine
  • REPRODUCTION
    Le texte de cet article peut être reproduit à 2 conditions:

    1 Attribution claire à LatinReporters.com

    2 Lien actif sur le mot LatinReporters.com

    L'affichage de ce logo
    serait aussi apprécié
    PAYS
  • Argentine
  • Bolivie
  • Brésil
  • Chili
  • Colombie
  • Costa Rica
  • Cuba
  • Equateur
  • Espagne
  • Guatemala
  • Haïti
  • Honduras
  • Mexique
  • Nicaragua
  • Panama
  • Paraguay
  • Pérou
  • Porto Rico
  • R.dominicaine
  • Salvador
  • Uruguay
  • Venezuela
  • DOSSIERS
  • Tous les titres
  • Alliance des Civilisations
  • Pays basque-ETA
  • Europe - Amérique latine
  • Espagne-UE
  • Gibraltar
  • Letizia-prince Felipe
  • Irak
  • Droits de l'homme
  • Ingrid Betancourt
  • Terrorisme international
  • Globalisation
  • Immigration
  • Peuples autochtones
  • Dollarisation
  • Drogue
  • NOUS CONTACTER
  • Rédaction
  • Christian Galloy directeur
  • (00 34) 917 155 469
  • (00 34) 610 686 761
  • Publicité - Références
  • SERVICE RADIO
    Nous fournissons aux radios des reportages et analyses audio sous l'angle et la signature souhaités.

      Accueil   |  Politique   |  Economie   |  Multimédia   |  Société   |  Pays+dossiers   |  Flashs   | Titres  | Forum 

    © LatinReporters.com - Amérique latine - Espagne
    Le texte de cet article peut être reproduit s'il est clairement attribué
    à LatinReporters.com avec lien actif sur le mot LatinReporters.com