Accueil  | Politique  | Economie  | Multimédia  | Société  | Pays+dossiers  | Flashs  | Titres  | Forum 

 version imprimable
Google
 
Web LatinReporters.com
Mise en scène ou crise du processus de paix?
L'ETA menace de "répondre aux attaques" de l'Espagne et de la France

par Christian Galloy
Analyste politique
Directeur de LatinReporters.com


MADRID, vendredi 18 août 2006 (LatinReporters.com) - Accusant dans un communiqué l'Espagne et la France "de ne pas cesser leurs attaques contre les citoyens basques", les indépendantistes de l'ETA menacent de "répondre" si ces "attaques se poursuivent". Mise en scène où première menace réelle d'une reprise des attentats terroristes depuis le "cessez-le-feu permanent" annoncé le 22 mars par l'ETA?


Publié vendredi par le quotidien basque Gara, le communiqué est aussi le premier diffusé par les séparatistes après l'annonce officielle de l'ouverture d'un "dialogue avec l'ETA" faite le 29 juin dernier par le président du gouvernement espagnol, le socialiste José Luis Rodriguez Zapatero. Ce dernier avait alors indiqué, au nom d'une discrétion censée garantir l'efficacité, qu'une nouvelle information officielle sur ce dossier ne serait fournie qu'en septembre.

L'organisation indépendantiste, dont les attentats ont fait près de 850 morts et quelque 2.500 blessés depuis 1968, estime que le processus de paix "est plongé dans une situation de crise évidente" et qu'une "attitude répressive est incompatible avec le développement d'un processus de négociation".

L'ETA affirme que se poursuit "l'oppression politique, militaire et économique de l'Euskal Herria" [ndlr; "patrie basque" englobant le Pays basque espagnol et français, ainsi que la Navarre] et que "les Etats [Espagne et France] continuent d'utiliser toute leur machine répressive contre les piliers qui font de nous un peuple".

Les séparatistes soulignent à cet égard "les contrôles et menaces des forces armées, la séquestration de citoyens basques et les atteintes aux droits civils et politiques de la gauche patriote", les "mesures d'exception contre les prisonniers politiques basques" et la "persécution des exilés politiques".

En clair et en d'autres mots, cela veut dire que l'ETA s'insurge contre, à la fois, le maintien au Pays basque d'un dispositif policier dissuasif, la poursuite d'arrestations, l'interdiction qui frappe toujours le parti indépendantiste Batasuna, le durcissement des peines en Espagne pour délit de terrorisme, le maintien des prisonniers indépendantistes dans des prisons éloignées du Pays basque et les actions de la police française contre les militants de l'ETA au nord des Pyrénées.

L'organisation séparatiste déduit de ce constat que les autorités espagnoles "continuent à ne pas respecter leurs engagements de cessez-le-feu".

L'ETA dénonce aussi "l'attitude mesquine" du Parti socialiste ouvrier espagnol (PSOE, gouvernemental) de José Luis Rodriguez Zapatero et du Parti nationaliste basque (PNV, centre droit), qui contrôle l'exécutif régional.

Ces partis sont accusés de "tenter continuellement de dénaturer et de vider de son contenu le processus" [de paix] en "identifiant la situation actuelle à la fin de l'ETA et à l'acceptation docile du cadre [politique] actuel par la gauche patriote".

Selon l'ETA, le PSOE et le PNV "prétendent construire un processus à la mesure de leurs intérêts et besoins" et ils n'auraient pas été "à la hauteur de leurs responsabilités".

Réactions

Les conservateurs du Parti populaire (opposition, 40% du Congrès des députés) ont aussitôt exigé du gouvernement de M. Zapatero la rupture du dialogue avec l'ETA, considéré comme indigne par la droite (qui l'a pourtant pratiqué lorsqu'elle était au pouvoir) et plus encore sous la menace.

Le PSOE, lui, réaffirme que "la paix n'aura jamais un prix politique". Néanmoins, Odon Elorza, maire socialiste de la ville de Saint Sébastien, grand réservoir du vote indépendantiste, parle de difficulté passagère, qui "n'est ni la première ni la dernière" du processus de paix. D'autres responsables socialistes assimilent le communiqué à une simple "pression politique" et ne croient pas à une rupture de la trêve.

Dans des milieux plus proches encore des séparatistes, on va jusqu'à parler de "mise en scène programmée", les joutes verbales opposant ETA et responsables du gouvernement socialiste visant paradoxalement, selon cette hypothèse, à mobiliser leurs bases respectives sur le chemin sans retour de la paix.

Et dans le cadre de ce scénario, certains prédisent une rapide légalisation du parti indépendantiste Batasuna, vitrine politique de l'ETA, ainsi qu'un regroupement prochain au Pays basque de prisonniers de l'ETA actuellement incarcérés loin de leur région.

Mais ces mesures, si elles étaient prises cet été déjà, permettraient au Parti populaire d'accuser le gouvernement socialiste espagnol d'avoir cédé aux menaces de l'ETA.

En somme, comme l'a proclamé plusieurs fois M. Zapatero, le processus de paix sera "long, dur et difficile ". D'autant plus que les séparatistes -et aussi avec des nuances les nationalistes dits modérés- ne cessent de réclamer la reconnaissance, par l'Espagne et la France, du droit des Basques à l'autodétermination dans l'ensemble de l'Euskal Herria. L'élargissement de l'autonomie régionale, dont vient de bénéficier la Catalogne avec l'aide de M. Zapatero, ne leur suffirait pas.

 version imprimable
Vous pouvez réagir à cet article sur notre forum


ARTICLES ET DOSSIERS LIÉS
Espagne - ETA : Zapatero officialise un dialogue incertain
Espagne: l'ETA somme Zapatero de "tenir ses engagements". Lesquels?
Les papis de l'ETA géraient l'impôt révolutionnaire: 12 arrestations
Espagne - ETA : la droite en guerre sale contre une paix ...sale aussi?
Pays basque: l'ETA insiste sur l'autodétermination et la "territorialité"
Espagne-Pays basque: "Cessez-le-feu permanent" de l'ETA
Dossier Pays basque-ETA
Dossier Espagne


VOIR AUSSI
  • Pays basque-ETA
  • Dossier Espagne
  • REPRODUCTION
    Le texte de cet article peut être reproduit à 2 conditions:

    1 Attribution claire à son auteur et à LatinReporters.com

    2 Lien actif sur le mot LatinReporters.com

    L'affichage de ce logo
    serait aussi apprécié
    PAYS
  • Argentine
  • Bolivie
  • Brésil
  • Chili
  • Colombie
  • Costa Rica
  • Cuba
  • Equateur
  • Espagne
  • Guatemala
  • Haïti
  • Honduras
  • Mexique
  • Nicaragua
  • Panama
  • Paraguay
  • Pérou
  • Porto Rico
  • R.dominicaine
  • Salvador
  • Uruguay
  • Venezuela
  • DOSSIERS
  • Tous les titres
  • Pays basque-ETA
  • Europe-Amér. latine
  • Espagne-UE
  • Gibraltar
  • Letizia-prince Felipe
  • Irak
  • Droits de l'homme
  • Ingrid Betancourt
  • Terrorisme international
  • Globalisation
  • Immigration
  • Peuples autochtones
  • Dollarisation
  • Drogue
  • NOUS CONTACTER
  • Rédaction
  • Christian Galloy directeur
  • (00 34) 917 155 469
  • (00 34) 610 686 761
  • Publicité - Références
  • SERVICE RADIO
    Nous fournissons aux radios des billets audios sous la signature et l'angle souhaités.

      Accueil   |  Politique   |  Economie   |  Multimédia   |  Société   |  Pays+dossiers   |  Flashs   |  Titres   | Forum 

    © LatinReporters.com - Amérique latine - Espagne
    Le texte de cet article peut être reproduit s'il est clairement attribué à son auteur et
    à LatinReporters.com avec lien actif sur le mot LatinReporters.com