Accueil  | Politique  | Economie  | Multimédia  | Société  | Pays+dossiers  | Flashs  | Titres  |Communiqués
 
Google
 
Web LatinReporters.com
Espagne - Trop tard pour circonscrire les nationalismes basque et catalan?

Responsables clandestins de l'ETA
Archives LatinReporters.com

par Christian Galloy
Analyste politique
Directeur de LatinReporters


MADRID, dimanche 21 janvier 2007 (LatinReporters.com) - Par les bombes de l'ETA ou via les institutions régionales que dominent les nationalistes dits modérés, les Basques revendiquent l'autodétermination. En juin dernier, les Catalans élargissaient leur autonomie en approuvant un nouveau statut régional dont le préambule contient le mot "nation". L'Espagne peut-elle encore freiner ses nationalismes?

La revendication nationaliste est par essence inassouvissable tant que n'existe pas la nation à laquelle elle prétend. Chaque échelon gravi sur l'échelle de l'émancipation nationale ne peut qu'inciter à gravir l'échelon supérieur.
 

Réaction critique:
"Les nationalismes basque ou catalan sont respectables"

Cette logique demeure d'autant plus vive en Espagne que le découpage électoral permet aux partis nationalistes de faire le plein de députés dans les régions sous leur influence, en particulier au Pays basque et en Catalogne, et d'avoir donc aux Cortes (Parlement national) une représentation numérique nettement plus élevée que si leurs voix étaient réparties sur l'ensemble du territoire national.

Parmi les onze partis représentés au Congrès des députés depuis les législatives de mars 2004, huit sont nationalistes ou indépendantistes ou régionalistes.

Avec 3,24 % des suffrages au niveau national, le parti nationaliste catalan Convergencia y Union (CyU) compte 10 députés à Madrid. Le Parti nationaliste basque (PNV) en compte 7, élus par 1,63% des électeurs. Mais un parti national tel qu'Izquierda Unida (IU, Gauche Unie, écolo-communiste), qui a recueilli 4,96% des voix, soit plus que CyU et PNV réunis, n'a que 5 députés nationaux.

Outre IU, le Parti socialiste ouvrier espagnol (PSOE) du président du gouvernement, José Luis Rodriguez Zapatero, et le Parti Populaire (PP, opposition conservatrice) de Mariano Rajoy sont actuellement les seules forces parlementaires n'appartenant pas à la galaxie nationalisme-indépendantisme-régionalisme. Aux Cortes, cette dernière couvre aussi la Galice, l'archipel des Canaries, la Navarre et l'Aragon, mais seuls la Catalogne et surtout le Pays basque crispent depuis des décennies le climat politique.

Pour le détendre, les deux grands partis nationaux qui ont dirigé l'Espagne ces 25 dernières années, PSOE et PP, ont été et sont encore tentés, voire contraints, de conclure des alliances parlementaires avec des formations nationalistes pour pouvoir gouverner.

Le prix réclamé par les nationalistes dans ces marchandages est chaque fois de gravir un échelon de plus de l'autonomie régionale. On le voit en Catalogne, où des alliés de M. Zapatero, les indépendantistes d'Esquerra Republicana de Catalunya (ERC, Gauche républicaine de Catalogne), considèrent le nouveau statut régional adopté par référendum en juin 2006 comme un "pas de plus vers l'Etat catalan".

Le Pays basque ne tardera pas à bénéficier à son tour de nouvelles largesses. Les autonomies régionales octroyées après la mort de Franco sont ainsi devenues le creuset du principal problème de l'Espagne, la préservation de son unité, alors qu'il y a trente ans les mêmes autonomies semblaient être la clef de la démocratie et de la paix dans l'ensemble du pays.

Si l'universalisation des droits de l'homme et la démocratie commune européenne ont propulsé les Ibères à des années-lumière de la barbarie du passé, les séparatistes basques de l'ETA demeurent une exception notable. Difficile d'évaluer si renouer avec eux le dialogue, interrompu par M. Zapatero après l'attentat du 30 décembre dernier à l'aéroport de Madrid, les renforcerait plutôt que de les freiner. Négocier avec ceux qui conservent leurs armes et menacent de les utiliser "met en péril les principes de démocratie et d'Etat de droit" de l'Union européenne avertissaient 302 eurodéputés le 25 octobre 2006 au Parlement de Strasbourg. Une courte majorité de 322 voix y approuvait néanmoins alors le processus dit de paix ouvert par Madrid avec l'ETA.

Une cause profonde de la survie et de la vigueur des nationalismes est la difficulté pour des régions qui ont une certaine identité historique et culturelle à s'identifier à un Etat défaillant. Et depuis la catastrophe de 1898 (la défaite de Cuba, qui donna l'estocade à l'Empire espagnol), époque approximative du renouveau des nationalismes basque et catalan sous une forme contemporaine, l'Espagne a évolué dans un sous-développement relatif dont elle ne s'est relevée lentement qu'à partir des années 1960 et plus rapidement après la mort de Franco, en 1975.

Compte tenu de l'impact politico-psychologique durable de la perte d'un empire, d'une guerre civile (1936-1939) et de près de 40 ans de dictature franquiste, l'Espagne n'offre à ses peuples périphériques un visage aimable et éventuellement attrayant que depuis les années 1980. Etait-ce déjà trop tard pour circonscrire les nationalismes galopants?



Réaction critique
Les nationalismes basque ou catalan sont respectables

par Beñat Oteiza

Militant du Parti Nationaliste Basque, je souhaite apporter mon éclairage.

Cet article est d'une mauvaise foi manifeste. Accepterez-vous une bonne fois pour toute, qu'en tant que Basque, nous nous sentions appartenir à une nation basque ? Théoriquement, en tant que démocrate, vous devriez nous soutenir dans la dimension démocratique de notre combat. Vous préférez le mépriser laissant libre cours au chauvinisme français habituel crispé sur ces vieux principes intangibles des vieux Etats-nations.

Nous sommes bien plus démocrates que vous pour une raison bien simple, nous respectons la nation française et le sentiment national français. Nous aurions apprécié que vous en fassiez de même. Au lieu de cela, vous choisissez la manipulation statistique en donnant les résultats de CIU et de notre mouvement sur toute l'Espagne. Rassurez-vous, nous ne prétendons pas conquérir l'Espagne. Pourquoi occulter le fait que CIU et notre mouvement soient majoritaires en Catalogne sud et en Pays basque sud ?

Vous refusez de voir une réalité pourtant longue de plus de deux décennies : les nationalismes basque et catalan sont majoritaires dans leur pays. A force de mépriser nos mouvements, vous n'avez pas encore saisi que nous ne souhaitons nullement un Etat nation à la française ou sa pâle copie espagnole. Nous sommes d'essence fédéraliste en Pays basque (Zazpiak-bat = 7 provinces basques en un pays) et en Europe. En cela, nous sommes bien moins séparatistes que vos idoles du PSOE et les néofranquistes du PP inspirés des lumières universalistes révolutionnaires à l'origine de l'enfermement étatique.

Croyez-bien que le pouvoir central espagnol n'a absolument rien octroyé au moment de la transition démocratique. Les autonomies catalane et basque sont le résultat d'un rapport de force démocratique à un moment donné de l'histoire. Nier la réalité de ce rapport de forces, c'est tout simplement nier la légitimité de notre combat démocratique et donner raison à ceux que vous prétendez rejeter, l'organisation terroriste ETA dont nous avons été les premières victimes en Pays basque.

A la lecture de cet article, je suis plus que jamais convaincu d'être dans le mouvement le plus efficace dans la lutte contre ETA, pour l'avoir combattu sans relâche, pour avoir donné à la population une autre image du nationalisme, pour avoir ancré ce pays dans la démocratie et la prospérité économique, malgré le peu d'attrait économique dû au terrorisme. Votre mépris à l'égard du nationalisme vous aveugle sur la base sociale du nationalisme radical, suffisamment forte pour générer de nouveaux terroristes. Notre principale stratégie est de réduire au maximum cette base sociale pour affaiblir ETA.

Face au drame humain du conflit basque, environ 850 assassinats d'ETA et 350 morts au sein de la gauche abertzale, plus de 200 liés à des attentats, plus de 100 accidents dus à l'éloignement illégal des prisonniers, le PSOE, Batasuna et notre mouvement sont les principaux artisans d'un processus scindé en deux : un dialogue entre le gouvernement espagnol et ETA sur les questions relatives au désarmement, aux prisonniers et aux victimes et une négociation politique entre tous les partis politiques représentés au Parlement basque, expression des différents courants de pensée de notre société. Ce processus a échoué. Pour autant, je n'ai pas l'impression que votre vision manichéenne de la réalité ait beaucoup évolué.

 version imprimable
Vous pouvez réagir à cet article sur notre forum
ARTICLES ET DOSSIERS LIÉS
Zapatera, Zapatero... "Le Pays basque, Québec de la France et de l'Espagne"
Dossier Pays basque-ETA
Dossier Espagne


VOIR AUSSI
REPRODUCTION
Le texte de cet article peut être reproduit à 2 conditions:

1 Attribution claire à son auteur et à LatinReporters.com

2 Lien actif sur le mot LatinReporters.com

L'affichage de ce logo
serait aussi apprécié
PAYS
DOSSIERS
NOUS CONTACTER
  • Rédaction
  • Christian Galloy directeur
  • (00 34) 917 155 469
  • (00 34) 610 686 761
  • Publicité - Références
  • SERVICE RADIO
    Nous fournissons aux radios des billets audios sous la signature et l'angle souhaités.

      Accueil   |  Politique   |  Economie   |  Multimédia   |  Société   |  Pays+dossiers   |  Flashs   |  Titres   | Forum 

    © LatinReporters.com - Amérique latine - Espagne
    Le texte de cet article peut être reproduit s'il est attribué, avec lien, à son auteur et à LatinReporters.com