Accueil  | Politique  | Economie  | Multimédia  | Société  | Pays+dossiers  | Flashs  | Titres  | Forum 

 version imprimable
Google
 
Web LatinReporters.com
"Décès en masse d'immigrants" selon la garde civile
Espagne-immigration: l'Atlantique, cimetière d'Africains

Arrivée à Los Cristianos (Canaries) d'un cayuco de Subsahariens venus de Mauritanie - © Dux Garuti - La Opinion
Subsahariens déportés au Sahara par le Maroc (octobre 2005) - © MSF
MADRID, mardi 21 mars 2006 (LatinReporters.com) - L'océan Atlantique est probablement le cimetière de milliers d'émigrants africains inconnus qui s'y noient en tentant de gagner l'archipel espagnol des Canaries à partir de la Mauritanie. En Espagne, une note interne de la garde civile intitulée "Décès en masse d'immigrants" semble confirmer ce drame.

"Au cours des 45 derniers jours, entre 2.000 et 2.500 immigrants se sont embarqués [en Mauritanie] sur des pirogues avec pour objectif d'atteindre les îles [Canaries]. Parmi eux, à peine 800 à 900 sont arrivés. Cela supposerait qu'entre 1.200 et 1.700 se seraient noyés dans les eaux de l'océan Atlantique" affirme la note de la garde civile, datée du 21 décembre 2005 et basée sur des estimations des corps de sécurité mauritaniens.

Révélée lundi par l'agence espagnole Europa Press, la note était adressée par le sous-directeur général des opérations de la garde civile, José Manuel Garcia Varela, au colonel en chef de la zone des Canaries, Antonio Cañamero. Ce dernier était prié d'intensifier la vigilance maritime.

La note reste d'actualité. Vingt-cinq cadavres d'émigrants subsahariens ont été repêchés le 15 mars au large de la Mauritanie par le navire-hôpital espagnol Esperanza del Mar. La nouvelle vague d'immigration clandestine venant de Mauritanie s'accentue. Madrid en a saisi le Conseil européen, estimant que l'Union européenne doit contribuer à une solution. L'Espagne négocie parallèlement avec la Mauritanie le rapatriement d'immigrés et la mise en place d'un dispositif commun de dissuasion de l'émigration clandestine.

Interviewé le 7 mars par la radio privée espagnole Cadena Ser, le directeur du Croissant rouge mauritanien, Ahmed Ould Haya, estimait que 40% des embarcations légères qui quittent la Mauritanie pour les Canaries font naufrage en cours de route. Selon lui, entre novembre 2005 et la première semaine de mars 2006, 1.200 à 1.300 personnes ont péri dans cette traversée qu'il compare à "un jeu de roulette russe".

Quelque 1.000 km d'océan séparent l'archipel des Canaries de la Mauritanie. Au prix d'environ mille euros chacun, gagnés dans l'économie souterraine à Nouakchott ou à Nouadhibou, les clandestins venus de divers pays d'Afrique noire se lancent dans la traversée entassés à 40 ou 50 et parfois 70 sur des barques de pêche relativement robustes, que les médias espagnols ont baptisées "cayucos". (Le véritable cayuco est une pirogue amérindienne). Une panne de moteur ou une trop grosse vague seraient trop souvent mortelles.

Selon des estimations officieuses, au moins 15.000 Subsahariens attendraient leur tour dans les ports mauritaniens. Dans leur périple vers l'Eldorado européen, ils ont délaissé la filière marocaine. Depuis les événements tragiques de l'été et de l'automne 2005 autour de Ceuta et Melilla, les deux villes espagnoles enclavées au Maroc, Rabat rapatrie ou déporte vers le Sud les clandestins en transit, parfois abandonnés dans le désert du Sahara.

Du 1er janvier au 19 mars derniers, 3.567 sans papiers subsahariens ont été interceptés au large ou sur les côtes des Canaries. Ce chiffre risque de signifier que plusieurs milliers d'autres auraient péri dans l'Atlantique pendant la même période si on applique le rapport départs-arrivées relevé le 21 décembre par la garde civile ou le 7 mars par le directeur du Croissant rouge mauritanien.

La note de la garde civile avertissait de l'intensification probable de cette émigration maritime, les nombreux candidats au voyage vers les Canaries n'étant pas informés de l'ampleur des noyades dans l'Atlantique. La note relève même qu'en décembre, en Mauritanie, les clandestins subsahariens étaient encouragés par "la rumeur d'un relâchement [de la vigilance] de la police espagnole à l'occasion des fêtes de Noël".

Toujours selon cette note, des fonctionnaires mauritaniens souligneraient la responsabilité du Maroc, qui "déporte de manière continue des immigrants" subsahariens vers la frontière entre les deux pays.

A Madrid, le Parti Populaire (PP, opposition conservatrice) associe le drame des Subsahariens à "l'effet d'appel" de la régularisation massive ouverte au printemps 2005 à plus de 600.000 sans papiers par l'exécutif socialiste de José Luis Rodriguez Zapatero.

Le PP et les nationalistes catalans de Convergence et Union (CiU) exigent que le ministre de l'Intérieur explique au Parlement pourquoi le gouvernement, averti dès décembre d'une catastrophe humanitaire, n'a pas pris aussitôt les mesures mises en oeuvre depuis quelques jours seulement avec la Mauritanie.

Dans le cadre des flux migratoires records vers l'Espagne (652.300 immigrés de plus en 2005 selon Eurostat), l'immigration clandestine en provenance de l'Afrique noire est quantitativement peu significative. Même au rythme actuel, elle représenterait moins de trois pour cent du flux annuel global. Cette immigration est néanmoins très médiatisée en fonction de son caractère dramatique et spectaculaire.

 version imprimable
Vous pouvez réagir à cet article sur notre forum


ARTICLES ET DOSSIERS LIÉS
 Dossier Immigration
 Dossier Espagne
 Dossier Société


VOIR AUSSI
  • Dossier Immigration
  • Dossier Espagne
  • Dossier Société
  • REPRODUCTION
    Le texte de cet article peut être reproduit à 2 conditions:

    1 Attribution claire à LatinReporters.com

    2 Lien actif sur le mot LatinReporters.com

    L'affichage de ce logo
    serait aussi apprécié
    PAYS
  • Argentine
  • Bolivie
  • Brésil
  • Chili
  • Colombie
  • Costa Rica
  • Cuba
  • Equateur
  • Espagne
  • Guatemala
  • Haïti
  • Honduras
  • Mexique
  • Nicaragua
  • Panama
  • Paraguay
  • Pérou
  • Porto Rico
  • R.dominicaine
  • Salvador
  • Uruguay
  • Venezuela
  • DOSSIERS
  • Tous les titres
  • Pays basque-ETA
  • Europe-Amér. latine
  • Espagne-UE
  • Gibraltar
  • Letizia-prince Felipe
  • Irak
  • Droits de l'homme
  • Ingrid Betancourt
  • Terrorisme international
  • Globalisation
  • Immigration
  • Peuples autochtones
  • Dollarisation
  • Drogue
  • NOUS CONTACTER
  • Rédaction
  • Christian Galloy directeur
  • (00 34) 917 155 469
  • (00 34) 610 686 761
  • Publicité - Références
  • SERVICE RADIO
    Nous fournissons aux radios des billets audios sous la signature et l'angle souhaités.

      Accueil   |  Politique   |  Economie   |  Multimédia   |  Société   |  Pays+dossiers   |  Flashs   |  Titres   | Forum 

    © LatinReporters.com - Amérique latine - Espagne
    Le texte de cet article peut être reproduit s'il est clairement attribué
    à LatinReporters.com avec lien actif sur le mot LatinReporters.com