Accueil  | Politique  | Economie  | Multimédia  | Société  | Pays+dossiers  | Flashs  | Titres  | Forum 
Google
 
Web LatinReporters.com
Après l'investiture du président intérimaire Eduardo Rodriguez
Démembrer la Bolivie ouvrirait une boîte de Pandore en Amérique latine

Les barrages routiers qui paralysaient la Bolivie ont été levés. Simple trêve?
Archives - Photo Jeremy Bigwood
par Isaac Bigio (*)
Analyste international
www.bigio.org


Lundi 13 juin 2005 (LatinReporters.com) - Les récents événements ont conduit à se demander si la Bolivie pourrait se fragmenter comme l'ex-Yougoslavie. Dans le passé, on redoutait qu'elle subisse le sort de l'ancienne Pologne, répartie entre ses voisins. L'Amérique du Sud n'a plus vu se fracturer l'un de ses pays depuis un siècle et cela la différencie de l'Europe, de l'Asie et de l'Afrique. Un démembrement de la Bolivie ouvrirait une boîte de Pandore dans la région.


L'investiture du président intérimaire Eduardo Rodriguez a dilué de nombreuses protestations, quoique les plus radicaux envisagent encore des assemblées populaires, des marches et des blocages pour la nationalisation du gaz. Rodriguez convoquera bientôt des élections lors desquelles Samuel Medina, leader de l'Unité nationale, et l'ex-président Jorge Quiroga tenteront d'obtenir un mandat qui permette au centre droit de "ramener l'ordre", tandis que le dirigeant indien et député Evo Morales visera à devenir le Lula bolivien.

Ces dernières semaines, l'autorité de l'Etat central a paru se réduire, tandis que les pouvoirs locaux parallèles semblaient se renforcer, quoique pas nécessairement durablement. El Alto et d'autres zones de la Bolivie étaient contrôlés par des syndicats, des comités de quartier, des conseils et assemblées populaires. Dans le Sud et l'Est agissent quelques comités civiques qui ne veulent pas "effrayer les investisseurs étrangers" et qui proposent des autonomies régionales.

Alors que dans l'orient bolivien le département de Santa Cruz veut être le centre d'une "demi-lune" qui se démarque de l'Altiplano pour promouvoir un capitalisme libéralisé, ses zones pétrolières et celles de Tarija parlent de se détacher. Ceux qui veulent que Santa Cruz se convertisse en "Etat libre associé" souhaitent attirer dans cette mouvance les départements de Pando, Beni et peut-être aussi de Tarija. Néanmoins, dans le Chaco -un Koweit bolivien qui comprend les zones les plus riches des départements de Santa Cruz, Chuquisaca et Tarija- beaucoup s'y refusent et voudraient s'ériger en nouveau département.

Alimenté par certains secteurs de la Bolivie orientale centrés sur Santa Cruz, un séparatisme "camba" pourrait être vu d'un bon oeil par des capitaux chiliens ou liés à d'autres intérêts étrangers. A Santiago du Chili, on pourrait considérer avec sympathie un Santa Cruz indépendant, allié et partenaire commercial. Cela donnerait moins de poids à la revendication bolivienne d'un accès à la mer, quoique plus tard le Chili pourrait s'en ressentir tant sur le plan intérieur qu'international.

Une fracture de l'orient bolivien encouragerait dans son occident l'irrédentisme indien aymara, qui affecterait l'intégrité du Pérou. Les Aymaras soutiennent que leur patrie est divisée entre deux ou trois pays, comme celle des Kurdes et des Basques. La croissance de mouvements pour l'autodétermination nationale aymara, quechua et guarani aurait un effet de contagion sur le continent, de l'Araucanie et la Patagonie jusqu'au Mexique.

Le séparatisme de régions riches aurait aussi des conséquences au-delà des frontières boliviennes. En Equateur, par exemple, l'idée que des territoires plus enclins à la libre entreprise devraient se séparer des zones montagneuses indiennes conflictuelles pourrait induire à un nationalisme côtier.

République parmi les plus centralisées d'Amérique du Sud, la Bolivie pourrait adopter des modèles de régionalisme ou d'autonomie similaires à ceux de ses voisins ou de l'Espagne. Elle pourrait aussi se baser sur l'exemple du Canada et du Groenland, qui ont octroyé l'autogestion territoriale à des peuples autochtones. Tant la persistance du centralisme que l'activation de séparatismes pourraient conduire les Boliviens à la guerre civile.

Au chapitre des implications internationales de la crise bolivienne, les Etats-Unis ont insinué que le président vénézuélien Hugo Chavez financerait le leader aymara Evo Morales, chef du Mouvement vers le socialisme (MAS), et d'autres mouvements de gauche afin qu'il prennent le pouvoir dans la région. Caracas sent que son influence s'étend sur le continent, frustrant notamment la tentative de George W. Bush, lors du dernier sommet de l'Organisation des Etats américains (OEA), de créer un organisme qui superviserait la démocratie dans la région, ce qui, aux yeux de nombre de pays latino-américains, risquait d'octroyer à Washington le pouvoir de les contrôler.

(* Isaac Bigio fut spécialiste de la Bolivie à la London School of Economics, où il donna des cours de sciences politiques et d'administration publique)

Vous pouvez réagir à cet article sur notre forum


ARTICLES ET DOSSIERS LIÉS
 Rodriguez président: élections anticipées et retour au calme incertain
 Bolivie: l'armée en "alerte maximale" et prête à "défendre la démocratie"
 Bolivie - Nouvelle démission du président Mesa: vers un putsch civil?
 Bolivie: Carlos Mesa renforcé après le rejet de sa démission par le Parlement
 Bolivie: le président Carlos Mesa renforcé par sa démission... révocable
 Bolivie: autonomie contestée de Santa Cruz proclamée par une marée humaine
 Bolivie - référendum sur le gaz : victoire conditionnelle du président Mesa
 Dossier Bolivie


VOIR AUSSI
Rodriguez président: élections anticipées et retour au calme incertain

Bolivie: l'armée en "alerte maximale" et prête à "défendre la démocratie"

Bolivie - Nouvelle démission du président Mesa: vers un putsch civil?

Dossier Bolivie
REPRODUCTION
© LatinReporters.com

Le texte de cet article peut être reproduit à 2 conditions:

1 Attribution claire à son auteur et à LatinReporters.com

2 Lien actif sur le mot LatinReporters.com
PAYS
  • Argentine
  • Bolivie
  • Brésil
  • Chili
  • Colombie
  • Costa Rica
  • Cuba
  • Equateur
  • Espagne
  • Guatemala
  • Haïti
  • Honduras
  • Mexique
  • Nicaragua
  • Panama
  • Paraguay
  • Pérou
  • Porto Rico
  • R.dominicaine
  • Salvador
  • Uruguay
  • Venezuela
  • DOSSIERS
  • Tous les titres
  • Pays basque-ETA
  • Europe-Amér. latine
  • Espagne-UE
  • Gibraltar
  • Letizia-prince Felipe
  • Irak
  • Droits de l'homme
  • Ingrid Betancourt
  • Terrorisme international
  • Globalisation
  • Immigration
  • Peuples autochtones
  • Dollarisation
  • Drogue
  • NOUS CONTACTER
  • Rédaction
  • Christian Galloy directeur
  • (00 34) 917 155 469
  • (00 34) 610 686 761
  • Publicité - Références
  • SERVICE RADIO
    Nous fournissons aux radios des billets audios sous la signature et l'angle souhaités.

      Accueil   |  Politique   |  Economie   |  Multimédia   |  Société   |  Pays+dossiers   |  Flashs   |  Titres   | Forum 

    © LatinReporters.com - Amérique latine - Espagne
    Le texte de cet article peut être reproduit s'il est clairement attribué à son auteur et
    à LatinReporters.com avec lien actif sur le mot LatinReporters.com