Accueil  | Politique  | Economie  | Multimédia  | Société  | Pays+dossiers  | Flashs  | Titres  |Communiqués

 version imprimable
Google
 
Web LatinReporters.com
Espagne: "première réunion officielle" Madrid-ETA? Question ridicule...

L'ETA annonce un "cessez-le-feu permanent" (22 mars 2006): une mise en scène et un discours négociés avec Madrid - Vidéo-photo ETB
par Christian Galloy
Analyste politique
Directeur de LatinReporters


MADRID, mercredi 20 décembre 2006 (LatinReporters.com) - "Le gouvernement et l'ETA ont tenu jeudi [14 décembre] leur première réunion officielle" titrait le 20 décembre le quotidien basque El Correo. Titre ridicule pourtant repris aussitôt par de nombreux médias. Espagne socialiste de M. Zapatero et indépendantistes basques négocient en fait depuis longtemps, nourrissant espoir et inquiétude.


Le "cessez-le-feu permanent" de l'ETA fut lui-même longuement négocié, jusque dans les termes de son annonce télévisée du 22 mars dernier, entre terroristes séparatistes et représentants du Parti socialiste ouvrier espagnol (PSOE) de José Luis Rodriguez Zapatero. Le Centre Henry Dunant pour le dialogue humanitaire (Genève) est parfois cité par la presse espagnole comme le "notaire" des deux parties.

Dans ses derniers communiqués, l'ETA s'est référée plusieurs fois implicitement aux négociations antérieures au cessez-le-feu en priant M. Zapatero de "tenir ses engagements", sous peine d'une "réponse" partiellement illustrée par la réactivation de la violence urbaine (la kale borroka) et le vol de 350 armes à feu, le 23 octobre à Vauvert (Sud de la France).

Pour démentir tout contact ou accord non révélés par lesquels diverses concessions auraient déjà été offertes aux séparatistes, le gouvernement espagnol souligne régulièrement le "manque de crédibilité de l'ETA". C'est pourtant sur un communiqué de l'ETA, celui du 22 mars annonçant le cessez-le-feu, que repose toute la crédibilité du processus dit de paix dont dépend peut-être l'avenir politique de M. Zapatero.

Par ailleurs, la télévision filmait aussi, le 6 juillet, l'une des multiples rencontres entre personnalités du PSOE et les dirigeants du parti basque Batasuna conduit par Arnaldo Otegi. Or, selon les tribunaux espagnols et selon l'Union européenne, qui a inscrit ce parti sur sa liste d'organisations terroristes, Batasuna appartient organiquement à l'ETA, dont il est la vitrine politique en principe illégale.

L'unicité ETA-Batasuna peut s'illustrer par deux cas concrets. Arnaldo Otegi, leader de Batasuna, fut emprisonné de 1987 à 1990 pour participation à un enlèvement perpétré par les commandos séparatistes. Quant à l'actuel chef présumé de l'ETA et stratège des négociations avec Madrid, José Antonio Urrutikoetxea Bengoetxea, alias Josu Ternera, il fut de 1998 à novembre 2002, date de son retour à la clandestinité, député au Parlement basque de la coalition Euskal Herritarrok, de laquelle surgit le parti Batasuna. Se réunir avec Otegi ou avec Josu Ternera signifierait donc se réunir avec l'ETA.

Dans ce contexte, situer à décembre 2006 une "première réunion" entre Madrid et l'ETA défie le bon sens, vu la multiplicité des contacts antérieurs entre les socialistes de M. Zapatero et la famille ETA-Batasuna. Parler en plus de réunion "officielle" est ridicule, car toutes les réunions précédentes pouvaient alors l'être aussi. En plus, l'ETA et Batasuna n'ont d'officiel que leur caractère illégal et terroriste officiellement reconnu par tous les pays de l'Union européenne, y compris donc l'Espagne.

Sans confirmer ni démentir ni même nuancer l'annonce journalistique de la "première réunion officielle" du 14 décembre, le ministre espagnol de l'Intérieur, le socialiste Alfredo Perez Rubalcaba, a affirmé ne pouvoir offrir "à ce jour aucune information nouvelle digne d'intérêt". Le cas échéant, la primauté de toute information notable reviendrait "aux groupes parlementaires".

"Cette rencontre a rendu son optimisme à l'exécutif", car l'ETA "n'a pas évoqué une rupture de la trêve" et "un geste significatif de la gauche indépendantiste (basque) est attendu à court terme" écrit pourtant le quotidien El Correo. Il situe "dans un pays européen" la réunion supposée du 14 octobre des séparatistes avec des émissaires du gouvernement espagnol.

Selon le ministre Rubalcaba, le processus de paix demeure "dans une phase préliminaire" et l'amener à une phase substantielle "prendra quelque temps". Comme M. Zapatero, il estime que "prudence et discrétion" sont indispensables à la bonne marche du processus.

Porter le dossier devant le Parlement européen, le 25 octobre dernier, n'était pourtant ni discret ni prudent. M. Zapatero souhaitait en retirer un vibrant satisfecit international en faveur de son processus de paix auquel s'oppose en Espagne le Parti populaire (droite conservatrice, 40% de l'électorat). Mais à Strasbourg, à peine 322 eurodéputés ont soutenu le chef du gouvernement espagnol, alors que 302 autres l'avertissaient que, dans les circonstances actuelles, notamment et surtout en l'absence d'un renoncement définitif à la violence, la négociation menée avec l'ETA "met en péril les principes de démocratie et d'Etat de droit" de l'Union européenne.

Les attentats de l'ETA ont fait depuis 1968 quelque 850 morts, plus de 2.300 blessés et des pertes matérielles et financières évaluées par la justice espagnole à 12 milliards d'euros. Les victimes de l'ETA ont été frappées, pour plus de 95% d'entre elles, après la mort de Franco (novembre 1975) et le rétablissement en Espagne, qui amnistiait ses détenus politiques, d'une démocratie offrant au Pays basque la plus large autonomie financière, administrative et politique de son histoire. La revendication de l'indépendance y est tolérée même sur le plan électoral si elle ne s'appuie pas sur l'assassinat politique ou toute autre forme de violence.

Mais face à M. Zapatero et face à la France, ETA-Batasuna exige, comme depuis plus de trente ans, la "territorialité" (liens institutionnels entre Pays basque espagnol, Navarre et Pays basque français) et la reconnaissance du droit à l'autodétermination des habitants de cette "Patrie basque" transpyrénéenne, dénommée Euskal Herria.

Territorialité et autodétermination firent capoter les précédentes négociations entre Madrid et l'ETA, les autorités espagnoles se refusant alors à aller au-delà du sort des prisonniers basques et des modalités d'un adieu aux armes. Le maintien du dialogue des socialistes de M. Zapatero avec les séparatistes nourrit à la fois l'espoir d'une paix définitive et l'inquiétude de démocrates, de droite et dans une moindre mesure de gauche, qui redoutent un premier fléchissement de l'Espagne devant les deux revendications historiques des séparatistes.

"L'ETA obtiendrait alors par la négociation la récompense de ses assassinats" ont averti souvent en substance des parlementaires du Parti populaire, l'influente Association des victimes du terrorisme (AVT) et même l'eurodéputée socialiste espagnole Rosa Diez.

 version imprimable
Vous pouvez réagir à cet article sur notre forum


ARTICLES ET DOSSIERS LIÉS
Pays basque: l'ETA menace l'Espagne et la France, mais veut relancer le processus de paix
Négocier avec l'ETA: Zapatero divise autant l'Europe que l'Espagne
Négociations Espagne-ETA: respect des "valeurs" de l'UE exigé par le Parti Populaire Européen
Espagne - ETA: Zapatero piégé par l'internationalisation du processus de paix?
L'ETA poursuivra la lutte "armes à la main jusqu'à l'indépendance"
L'ETA menace de "répondre aux attaques" de l'Espagne et de la France
Espagne - ETA : Zapatero officialise un dialogue incertain
Espagne: l'ETA somme Zapatero de "tenir ses engagements". Lesquels?
Les papis de l'ETA géraient l'impôt révolutionnaire: 12 arrestations
Espagne - ETA : la droite en guerre sale contre une paix ...sale aussi?
Pays basque: l'ETA insiste sur l'autodétermination et la "territorialité"
Espagne-Pays basque: "Cessez-le-feu permanent" de l'ETA
Dossier Pays basque-ETA
Dossier Espagne


VOIR AUSSI
  • ETA menace Espagne et France
  • ETA: Zapatero divise l'Europe
  • Respect des "valeurs" de l'UE
  • Espagne-ETA: Zapatero piégé?
  • Dossier Pays basque-ETA
  • Dossier Espagne
  • REPRODUCTION
    Le texte de cet article peut être reproduit à 2 conditions:

    1 Attribution claire à son auteur et à LatinReporters.com

    2 Lien actif sur le mot LatinReporters.com

    L'affichage de ce logo
    serait aussi apprécié
    PAYS
  • Argentine
  • Bolivie
  • Brésil
  • Chili
  • Colombie
  • Costa Rica
  • Cuba
  • Equateur
  • Espagne
  • Guatemala
  • Haïti
  • Honduras
  • Mexique
  • Nicaragua
  • Panama
  • Paraguay
  • Pérou
  • Porto Rico
  • R.dominicaine
  • Salvador
  • Uruguay
  • Venezuela
  • DOSSIERS
  • Tous les titres
  • Alliance des Civilisations
  • Pays basque-ETA
  • Europe-Amér. latine
  • Espagne-UE
  • Gibraltar
  • Letizia-prince Felipe
  • Irak
  • Droits de l'homme
  • Ingrid Betancourt
  • Terrorisme international
  • Globalisation
  • Immigration
  • Peuples autochtones
  • Dollarisation
  • Drogue
  • NOUS CONTACTER
  • Rédaction
  • Christian Galloy directeur
  • (00 34) 917 155 469
  • (00 34) 610 686 761
  • Publicité - Références
  • SERVICE RADIO
    Nous fournissons aux radios des billets audios sous la signature et l'angle souhaités.

      Accueil   |  Politique   |  Economie   |  Multimédia   |  Société   |  Pays+dossiers   |  Flashs   |  Titres   | Forum 

    © LatinReporters.com - Amérique latine - Espagne
    Le texte de cet article peut être reproduit s'il est clairement attribué à son auteur et
    à LatinReporters.com avec lien actif sur le mot LatinReporters.com